La revue du projet

La revue du projet
Accueil

JOURNAL DE LA SECTION DU 10e : A Paris 10e

le 21 October 2014

JOURNAL DE LA SECTION DU 10e : A Paris 10e

JOURNAL DE LA SECTION DU 18e : La Commune

le 21 October 2014

JOURNAL DE LA SECTION DU 18e : La Commune

17 octobre 61 : "reconnaissance officielle du crime d'Etat et ouverture des archives" (Pierre Laurent)

le 15 October 2014

17 octobre 61 :

Le 17 octobre 1961, la police française a réprimé dans le sang en plein Paris, une manifestation de dizaines de milliers d'algériens qui réclamaient la fin du couvre-feu et le droit à l'indépendance pour l'Algérie.

J'étais ce matin même à l'angle du Pont Saint-Michel à Paris pour commémorer le 17 octobre 1961.

J'ai à ce sujet posé une question écrite au ministre d'Etat chargé des anciens combattants et de la mémoire sur les responsabilités de la France dans les crimes d'Etat et crimes contre l'Humanité perpétrées durant les guerres coloniales dont celle de l'Algérie.

La reconnaissance des faits intervenus le 17 octobre 1961 par le parlement qui a adopté fin 2012 une résolution en ce sens, doit enfin conduire à une reconnaissance officielle du crime d'Etat, et donc à l'ouverture des archives pour que soit enfin établi toute la vérité sur ces évènements.

11 octobre : Manifestation de solidarité avec le peuple kurde

le 13 October 2014

11 octobre : Manifestation de solidarité avec le peuple kurde

Solidarité avec le peuple Kurde

le 09 October 2014

Solidarité avec le peuple Kurde

Rassemblement de soutien au peuple Kurde : 7 octobre 2014 - 19h, Métro Invalides

le 07 October 2014

Rassemblement de soutien au peuple Kurde : 7 octobre 2014 - 19h, Métro Invalides

Le Grand Paris ne doit pas se faire sans les Parisien-nes

Par Nicolas Bonnet, le 07 October 2014

Le Grand Paris ne doit pas se faire sans les Parisien-nes

Tribune de Nicolas BONNET-OULALDJ, Président du groupe des élu-e-s Communiste - Front de Gauche du Conseil de Paris

Le 8 octobre prochain, la mission de préfiguration du Grand Paris devra adopter un scénario de réécriture de l'article 12 de la loi qui instaure la création de la métropole du Grand Paris en 2016.

Après avoir constaté le vice originel de cette loi et le manque total de démocratie dans la création des dites métropoles, les élus communistes parisiens partagent la volonté d’aboutir à au scénario le moins pire possible. Le compromis entre la majorité des élus éviterait que ce ne soit le gouvernement qui impose le périmètre, les compétences et le mode de gouvernance de la future métropole.

Le scénario qui serait proposé par les élus locaux assouplit l’intégration aux forceps et donne le temps à une mise en œuvre plus réaliste au regard des contraintes calendaires. La commune et les intercommunalités de plus de 300 000 habitants, garderaient un statut juridique, des compétences et des ressources pour les exercer.

Mais nous pensons que, quel que soit le scénario, la priorité du moment doit être de donner la parole au peuple par référendum. En ce sens, une grande campagne devrait être impulsée pour expliquer ce qui se trame et consulter l’ensemble des citoyen-ne-s concernés par ce big bang. Pour notre part, nous avons fait adopter au Conseil de Paris un vœu sur l’organisation d’une consultation des parisiens et parisiennes.

Dans le scénario proposé par les élus locaux, dont Anne Hidalgo, Paris « s’en sort moins mal» que d’autres du fait que Paris est, et restera, un territoire à part entière. Les compétences municipales et départementales sont en parties préservées, ce qui n’est pas le cas pour le reste des communes et des départements composant la future métropole.

Cependant, même si les communes et les territoires sont reconnus, la démarche reste ascendante et nous amène vers une métropole intégrée. Au final il s’agit d’un retrait progressif du rôle des communes et des départements au profit des grandes intercommunalités de 300.000 habitants et de la métropole. Une évolution prévue sans moyens supplémentaires et sans extension de nouveaux services publics répondant aux besoins des populations. Ce plan accélère la rupture entre les élus et les citoyens. Le résultat c'est moins de démocratie, c'est moins de représentant du peuple, c'est un éloignement dramatique des préoccupations, un éloignement des lieux de décisions des projets, une mise à l'écart des citoyens dans la mise en oeuvre des politiques publiques.

Ce qui devrait primer c'est la satisfaction des besoins de la population, l'intérêt général et la proximité. Devant la montée du chômage et de la précarité, face à la désindustrialisation, les enjeux environnementaux, allons nous vraiment doter les futures collectivités de moyens supplémentaires pour répondre aux enjeux ?

Ce n’est certainement pas le chemin pris avec une baisse des dotations aux collectivités territoriales de plusieurs milliards, et des budgets qui se préparent partout à la baisse. Une politique d'austérité qui renforce la logique de mise en concurrence des territoires et la soumission aux lois du marché. Aucune nouvelle recette n'est prévue pour développer de nouveaux services. C'est la rationalisation des moyens et la mutualisation qui sont envisagés. Ce scénario ne répond pas à notre revendication de plus de péréquation verticale et de nouvelles contributions à partir d’une fiscalité plus juste et progressive. Des états généraux de la fiscalité locale restent plus que jamais d’actualité. C’est d’ailleurs le sens d’un voeu que nous avons fait adopter à l’unanimité au Conseil de Paris.

Ce qui ne nous satisfait pas dans la proposition de modification en discussion c’est «l’acceptation » du retrait total de l’État sur la question du logement et la possibilité du transfert emblématique des DALO à la métropole et des ANRU. Même si nous sommes conscients de la nécessité de rééquilibrer la réalisation de logements sociaux au sein de la métropole, Paris a fait le choix de rééquilibrer dans la ville en tentant de faire qu’il n’y ait plus de zones « hors logement social », et nous voulons pouvoir continuer à le faire car il s’agit de faire reculer la spéculation au cœur même de la métropole.

Enfin, ce scénario signifie un grand chambardement pour des milliers d'agents de la fonction publique territoriale. Services regroupés, réorganisés, transférés d'une collectivité à une autre et coupe franche dans les effectifs. Ce sont les missions de service public et les statuts des personnels, et en particulier celui des agents de la ville de Paris, qui seront remis en cause. L'alignement par le haut des statuts du personnel doit être impératif.

Pour nous, la future métropole ne doit pas se faire en opposant Paris aux territoires qui l'entourent. Tout projet d'évolution de l'organisation territoriale doit reposer sur la solidarité, la coopération et l'investissement dans de nouveaux services publics répondant aux besoins des populations. Il y a urgence à mieux répartir les richesses et réduire les inégalités entre l'ouest et l'est. Ces richesses existent et doivent être utilisées intelligemment pour créer des emplois pour la ré-industrialisation, la lutte contre la pollution, et pour que chaque territoire, chaque commune soit mieux desservi par les transports.

Plutôt que l'autoritarisme d'intégrer une technostructure, nous défendons la libre coopération métropolitaine, ouverte aux départements, communes et intercommunalités qui souhaitent gérer en commun de nouvelles compétences déléguées par leurs membres. Les outils de coopération qui ont fait leurs preuves ne doivent pas être démantelés, surtout lorsqu’ils couvrent un périmètre plus vaste que la Métropole elle-même. Un fonctionnement qui doit être aux plus près des citoyen-nes et des élu-es locaux sur des projets construits ensemble et non imposé par l'austérité gouvernementale.

18 octobre - Grande convergence nationale pour Gaza - Palestine, Place de la République

le 03 October 2014

18 octobre - Grande convergence nationale pour Gaza - Palestine, Place de la République

Plusieurs milliers de manifestants manifestaient le 16 octobre à Paris, à l'appel de la CGT contre le PLFSS 2015 en cours d'examen à l'Assemblée.

le 03 October 2014

Plusieurs milliers de manifestants manifestaient le 16 octobre à Paris, à l'appel de la CGT contre le PLFSS 2015 en cours d'examen à l'Assemblée.

L a santé, l’action sociale, la Protection sociale malades des plans d’austérité !

le 23 September 2014

L a santé, l’action sociale, la Protection sociale malades des plans d’austérité !