La revue du projet

La revue du projet
Accueil

Un recensement des logements vacants à Paris est possible!

le 19 April 2018

Un recensement des logements vacants à Paris est possible!

Vos élus communistes: Interventions au Conseil d'arrondissement: jeudi 12 avril 2018

Un recensement des logements vacants à Paris est possible!

Nicolas Liébault, pour le groupe des élus communistes à la mairie du 14ème, est intervenu lors de la séance du jeudi 12 avril 2018 du Conseil d’arrondissement, à l’occasion d’un vœu du groupe EELV visant à ce que la ville de Paris demande aux services de l’État un recensement des logements vacants à Paris.

«Ce vœu ne porte pas sur la réquisition des logements vacants en tant que telle mais sur la phase nécessaire et préalable de leur recensement. Je me limiterai donc à cet aspect même s’il y aurait beaucoup à dire sur le scandale des logements vides alors que des milliers de personnes dorment dans la rue à Paris comme l’a encore révélé le comptage récent opéré à l’occasion de la Nuit de la solidarité.

Actuellement, le recensement des logements vacants est le fait de l’INSEE. En 1999, cet organisme a relevé la présence de 138 000 logements vides à Paris. Un recensement plus récent opéré en 2013 fait état de 105 000 logements vacants. Mais ces chiffres sont relativement peu fiables. Des agents de l’INSEE tapent à la porte des logements et à défaut de réponses considèrent le logement comme vacant. Ils recoupent alors par une enquête auprès des gardiens d’immeubles, etc.

Une autre méthode consiste à relever le nombre de compteurs EDF hors-service, mais là aussi l’estimation est insuffisante. La bonne méthode, selon moi, serait de d’obtenir des services des impôts un croisement entre les contribuables payant le taxe foncière et ceux payant la taxe d’habitation. Dans la mesure où cette dernière est payée aussi bien par les locataires que par les propriétaires occupants, le nombre de logements correspondrait au nombre de logements soumis à la taxe foncière soustrait du nombre de logement soumis à la taxe d’habitation.

Cette méthode serait particulièrement fiable. Elle permettrait d’obtenir rapidement et sans enquête le nombre, la localisation et le statut des logements vacants. Elle permettrait également de distinguer les logements vacants des résidences secondaires, dont le nombre est d’environ 100 000 à Paris. Le FNAIM a en effet pris comme prétexte de son rejet de toute tentative de recensement la difficulté d’une telle distinction. Malheureusement, les services des impôts refusent pour le moment de fournir ce croisement de données. La Ville de Paris pourrait le redemander.»

PARIS CAUSE FORMATION N°6

le 03 April 2018

PARIS CAUSE FORMATION N°6

Rail com mars 2018 : Journal des cheminots communistes

le 28 March 2018

Rail com mars 2018 : Journal des cheminots communistes

Mon train: j'ytiens

le 28 March 2018

Mon train: j'ytiens

Sur les dangers du «fonds vert» sensé financer le nouveau plan Climat Energie

le 09 March 2018

Sur les dangers du «fonds vert» sensé financer le nouveau plan Climat Energie

Conserver la maîtrise publique de la lutte pour le climat

Nicolas Liébault, pour le groupe des élus communistes à la mairie du 14ème, est intervenu lors de la séance du lundi 2 mars du Conseil d’arrondissement, à l’occasion d’une délibération pour souligner les dangers du «fonds vert» sensé financer le nouveau plan Climat Energie.

«Nous souscrivons aux objectifs de ce plan Climat Energie, mais nous sommes plus dubitatifs sur le type de moyens alloués pour y parvenir. Le débat a été mené lorsque le plan a été voté il y a quelques mois. Aussi je ne répéterai pas les arguments développés par notre groupe à ce moment.

J’insisterai cependant sur le lancement d’un fonds d’investissement territorial dédié à la transition écologique, le fameux «fonds vert». L’enveloppe financière doit être investie dans des entreprises «vertueuses» en matière de lutte contre le changement climatique, à travers la prise de participations en fonds propres. C’est là que nous cessons de suivre la majorité.

La transition écologique doit être financée pour assurer aux générations de demain un environnement sain et un avenir serein. Mais pouvons-nous réellement faire confiance aux investisseurs privés et au monde de la finance pour prendre les bonnes décisions et faire confiance au «capitalisme vert» pour résoudre le problème colossal posé par ce même capitalisme, à savoir l’exploitation sans retenue de l’environnement?

Certes, sont exclus de ce fonds les acteurs qui participent à des secteurs producteurs de gaz à effet de serre pour rester dans une logique environnementale vertueuse, et aussi les acteurs qui ne présenteraient pas des gages suffisants en matière de transparence et de bonne conduite financière.

Mais, la société de consommation, de production et les logiques financières qui ont permis le développement de nos sociétés, sont bâties sur des impératifs de rentabilité à court-terme. Le capital cherche la rentabilité la plus importante et la plus rapide possible. Cette temporalité vient en contradiction intrinsèque avec la temporalité des enjeux écologiques de long-terme.

Ce dont nous avons besoin pour réaliser la transition écologique c’est d’une réelle planification écologique, impulsée, soutenue, conduite par la puissance publique. La puissance publique est la seule à même de garantir l’intérêt général et d’avoir une vision de long terme.

Ce projet de «fonds vert» risque même de permettre à certaines grandes entreprises, de se racheter à peu de frais une bonne communication repeinte en vert. Nous voyons que le fonds verra comme fées autour de son berceau, les groupes du luxe comme LVMH, avec Bernard Arnault, la finance douteuse comme JP Morgan, la Société générale ou la BNP Paribas, ou des groupes en lien l’industrie du carbone comme Total ou Engie.»

Former les acteurs de la biodiversité: un enjeu majeur

le 09 March 2018

Former les acteurs de la biodiversité: un enjeu majeur

Former les acteurs de la biodiversité: un enjeu majeur

Nicolas Liébault, pour le groupe des élus communistes au Conseil du 14ème arrondissement, est intervenu lors de la séance du lundi 2 mars 2018, pour faire part, à l’occasion de l’examen du plan Biodiversité, de son inquiétude sur la privatisation possible de l’école Du Breuil qui forme les jardiniers paysagistes de la Ville de Paris.

«Le groupe des élus communistes souscrit aux objectifs de ce plan sur la biodiversité. Nous voudrions simplement mettre l’accent une fois de plus sur la certaine contradiction entre les objectifs et certains moyens alloués. J’insisterai ici sur la situation de l’École Du Breuil qui est l’école de jardiniers paysagistes de la Direction des espaces verts (DEVE) située dans le 12ème. La question nous concerne car ces jardiniers joueront un rôle essentiel dans la mise en œuvre du plan sur la biodiversité.

Un rapport de l’Inspection générale d’il y a dix ans pointait déjà des difficultés de l’École Du Breuil liées, je cite, «d’une part à l’inadaptation de ses locaux à la mise en œuvre d’une pédagogie moderne, d’autre part à la faiblesse des moyens humains et financiers dont elle dispose sur un plan administratif et à son positionnement au sein de sa direction de tutelle». Depuis, cela ne s’est guère amélioré.

Or, la Ville de Paris entend aujourd’hui modifier le statut de l’École Du Breuil, actuellement administrée en régie directe par la DEVE, pour qu’elle devienne un établissement public en régie personnalisée doté d’une personnalité morale et de l’autonomie financière.

Les personnels de l’École craignent que ce changement de statut rende son offre de formation et ses moyens subordonnés à des financements privés, au détriment de la mission de service public et de l’accès égalitaire aux formations dont la Ville doit être garante. Ils craignent notamment les conséquences sur les rythmes de travail des jardiniers et leurs onze jours de congé liés à l’encadrement des élèves.

Ils sont aussi inquiets dans ce cadre du manque de moyens humains et matériels permettant de parvenir aux objectifs du plan et face à l’évolution de l’offre pédagogique où les formations initiales semblent sacrifiées au profit des formations continues. Des formations initiales, gratuites, qui permettent à de nombreux élèves du secondaire de redonner un sens aux apprentissages et de réussir leur parcours scolaire.

Cela ouvre la voie à la privatisation. Ainsi, le rapport de l’Inspection générale posait la question: «la question de la rentabilité de l’École peut être posée en ces termes: que coûterait le recours à un prestataire extérieur qui ne serait pas intimement partie prenante de cette culture?».

Nous voterons pour ce plan mais tout en étant vigilant sur les moyens humains et financiers et la formation des personnels sensés mettre en œuvre cette politique municipale.»

Faciliter l’accès à l’aide alimentaire

le 08 March 2018

Faciliter l’accès à l’aide alimentaire

Faciliter l’accès à l’aide alimentaire

Nicolas Liébault, adjoint PCF à la mairie du 14ème chargé des affaires social, a rapporté lors du Conseil du 14ème arrondissement du lundi 5 mars 2018 sur une délibération visant à soutenir les actions en faveur de l’accès à l’aide alimentaire, notamment dans le 14ème.

«Le projet de délibération présentée vise à accorder le soutien de la collectivité parisienne à dix associations pour la réalisation d’actions d’aide alimentaire. En 2017, cette mobilisation financière a dépassé à Paris les 6,3 millions d’euros, permettant que soient servis 4 millions d’équivalents repas, sous forme de distributions de colis, de repas chauds dans la rue, de restauration assise ou d’épicerie solidaire. Les restaurants solidaires sont eux passés de 6 en 2014 à 9 aujourd’hui, dont un des le 14ème (Les Artistes), avec un objectif de 12 en 2020. Concernant les épiceries solidaires, leur objectif est de réduire les dépenses alimentaires des ménages en situation de précarité. Elles sont aussi des lieux d’accueil, d’écoute et d’information.

En 2017, Paris a soutenu l’action de sept de ces épiceries solidaires, dont celle du 14ème: le Marché solidaire, situé 12 rue de l’Eure et dont l’activité principale est de proposer des produits alimentaires et d’hygiène à faible coût. Pour 2018, cette association vise plusieurs objectifs: répondre à la demande en augmentation des grandes familles de cinq personnes et plus; augmenter son approvisionnement pour répondre aux besoins des familles ayant des enfants en bas âge; organiser des ateliers cuisine; poursuivre le suivi individuel par le biais de l’action de la conseillère en économie sociale et familiale.

La mairie du 14ème se mobilise tout particulièrement sur cette question. Le «réseau solidarité 14», qui rassemble les différents acteurs de l’action sociale de l’arrondissement, avait pour thème de sa séance du jeudi 9 novembre 2017 que j’animais précisément l’accès à l’aide alimentaire. Nous y avons débattu de la stratégie parisienne en matière d’organisation de l’aide alimentaire, de la halle alimentaire solidaire ouverte à Broussais, de l’articulation dans le 14ème entre aide alimentaire et travail social et aussi de l’enjeu de l’éducation alimentaire portée par l’épicerie solidaire de la rue de l’Eure.

La présente délibération vise à reconduire au titre de 2018 la subvention au Marché solidaire à hauteur de 20 000 euros, ce qui compte sur un budget total d’environ 60 000 euros.»

La Révolution française n'est pas un mythe, Présentation-débat du livre de Sophie Wahnich

le 07 March 2018

La Révolution française n'est pas un mythe, Présentation-débat du livre de Sophie Wahnich

Le 32! Café politique vendredi 9 mars 2018 18h30

Présentation-débat
LA RÉVOLUTION FRANCAISE N'EST PAS UN MYTHE
un livre de Sophie Wahnich

Explorant la pensée d'intellectuels de première importance tels que Jean Paul Sartre, Claude Lévi­-Strauss et Michel Foucault, qui avaient placé la Révolution française au cœur de leurs querelles phi­losophiques dans les années soixante, la réflexion de Sophie Wahnich permet de s'éloigner d'un mythe identitaire et de retrouver une révolution bien réelle, capable de nous donner ses Lumières, pourvu qu'on accepte de continuer d'en faire l'histoire pour notre actualité et ses urgences politiques.

Sophie Wahnich, agrégée et docteure HDR en histoire est directrice de recherche au CNRS, spécialiste de la Révolution française

Entrée libre.

Le «32!» Café Politique de la Section PCF du 14ème
32 rue Saint Yves 75014 Paris
Métro Alésia
http://paris14.pcf.fr
https://www.facebook.com/pcfparis14

GARDONS LES COLOS ARC-EN-CIEL

le 04 February 2018

GARDONS LES COLOS ARC-EN-CIEL

GARDONS LES COLOS ARC-EN-CIEL

La mairie de Paris a décidé sans concertation de supprimer les colonies de vacances Arc-enciel, qui permettent à plusieurs milliers de petits parisiens de découvrir nos régions. Pour les enfants de familles les plus modestes, c'est souvent la seule opportunité de quitter Paris pendant l’été. La maire de Paris doit revenir sur cette décision incompréhensible.

LES COMMUNISTES DEMANDENT LE MAINTIEN DES COLONIES DE VACANCES ARC-EN-CIEL

Le dispositif Arc-en-ciel, en place depuis plus de trente ans, propose aux petits parisiens des séjours d’une ou deux semaines sur l’ensemble du territoire (mer, montagne, campagne) pendant les mois de juillet et août. Il permet à plusieurs milliers d'entre eux (5 à 7 000 selon les années) de quitter Paris et de partir en colonies de vacances dans diff érentes régions de France. Ces séjours de vacances sont également un gage de mixité et d’égalité: le coût de participation est calculé en fonction du quotient familial. À la place, il serait prévu, pour les enfants de 3 à 14 ans, un accueil dans les centres de loisirs parisiens. Ces derniers sont seulement en mesure de proposer des activités dans les écoles, ainsi que des sorties éducatives à Paris ou à proximité (espaces nature et découverte dans les bois de Boulogne et de Vincennes, bases de loisirs en Île-de-France). Un dispositif a minima qui a suscité l’inquiétude des familles, qui ont immédiatement lancé une pétition ayant déjà recueilli plus de 10 000 signatures. Les communistes et leurs élus appellent donc l’ensemble des parisiennes et parisiens à signer cette pétition lancée par des parents d’élèves:

Signez la pétition en ligne adressée à Anne Hidalgo

Pour le maintien des colos arc-en-ciel:

https://www.change.org/p/anne-hidalgo-pour-le-maintien-des-colos-arc-en-ciel

Etats généraux du Progrès Social

le 29 January 2018

Etats généraux du Progrès Social