La revue du projet

La revue du projet
Accueil
 
 
 
 

COP21 : késako ?

Cet automne, lors d’un sondage Odoxa (pour iTélé) sur la COP21, plus de la moitié des Français (52 %) avouait ne pas savoir de quoi il s’agissait. Les 18/24 ans étaient les plus nombreux (59 %) à ignorer le sens du sigle ; mais c’était le cas aussi de la majorité des proches d’EELV (54 %).
Le sigle COP21 demeurait donc, après des mois de colloques, de symposiums, de conférences et d’émissions tous azimuts, largement incompréhensible pour le grand public. Certes on peut penser qu’à mesure qu’on s’est approché de l’événement lui-même, l’opinion s’est un peu mieux familiarisée avec cette abréviation. N’empêche. Ce parler techno, cette « com » arrogante qui se généralise sans vergogne sur à peu près tous les sujets et s’adresse d’abord aux technos, sont de nouveaux exemples de la crise du politique, d’une langue politique qui ne vise que les seuls initiés.
En revanche, quand on les interroge plus simplement sur la question climatique, les sondés se montrent assez motivés. 30 % se disent concernés contre 18 %. Reste que l’enjeu de la conférence mondiale de décembre demeure pour beaucoup abscons. Une fois informés par les sondeurs sur la signification du sigle, 60 % des personnes interrogées ne croient pas au succès de cette conférence, 39 % se montrent optimistes. Ici le clivage gauche/droite est important. Le scepticisme sur ce type de réunion au sommet, notamment sur des questions environnementales, est plus fort à droite (65 % de pessimistes) qu’à gauche (54 % d’optimistes).  

 

 

 

La Revue du projet, n°52, décembre 2015

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.