La revue du projet

La revue du projet
Accueil
 
 
 
 

Émanciper le travail, Yvette Lucas

La Dispute, 2014.

Bernard Friot

Par Yvette Lucas

« Nous donner le projet d’émanciper le travail est la seule ambition à la hauteur de la classe ouvrière, elle qui a imposé la Sécurité sociale, le statut de la fonction publique, la qualification dans les conventions collectives, ces institutions que les réformateurs ont entrepris de détricoter depuis trente ans. » Tel est l’objectif pour Bernard Friot. Il s’agit pour cela de sortir du statut de victimes, de nous poser, au sein même du système existant, en candidats à la succession de la bourgeoisie dans la maîtrise de l’économie. Pour sortir de l’impasse, le point nodal est celui de la valeur, dite ici valeur économique, car échappant au couple conflictuel valeur d’usage/valeur d’échange de l’entreprise capitaliste. Tant la définition que la pratique de la valeur sont historiques, ni invariantes ni naturelles, rappelle l’auteur. « Considérée d’un point de vue historique, la valeur apparaît… comme une institution éminemment conflictuelle qu’il faut toujours qualifier. Que ce soit souterrainement ou dans la visibilité d’affrontements sociaux majeurs, la valeur économique bouge en permanence. Et la valeur d’échange capitaliste doit sans cesse affronter la contradiction d’une autre pratique de la valeur que je qualifie de salariale car c’est dans la lutte de classes pour le salaire qu’elle se construit. » Historiquement, la bourgeoisie a construit et imposé ses propres institutions qui forment système : le marché du travail, la propriété lucrative, la mesure de la valeur par le temps de travail et le crédit. Ce sont ces quatre institutions que la « classe salariale », c’est-à-dire, au-delà d’une classe ouvrière réduite aux seuls producteurs de plus-value, l’ensemble des salariés, érigé en classe révolutionnaire, doit subvertir pour les remplacer par les institutions du salariat, fruits d’une conception nouvelle du rapport du travail à la valeur. Ces institutions reposent sur quatre notions : le salaire à vie pour tous, la propriété d’usage des outils de travail, la mesure de la valeur par la qualification des travailleurs, le financement de l’investissement sans crédit. Bernard Friot en expose en détail le contenu au cours d’une série d’entretiens avec Patrick Zech, animateur à Liège de l’organisme d’éducation populaire Réseau Salariat. L’argumentation serrée de l’ouvrage, l’originalité de la méthode, les contenus nouveaux proposés, méritent à nos yeux un examen attentif et une mise en débat constructive. 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.