La revue du projet

La revue du projet
Accueil
 
 
 
 

L'Humanité de Jean Jaurès à Marcel Cachin – 1904-1939

Les Éditions de l’Atelier, 2014

Alexandre Courban

Par Antoine Guerreiro

À bien des égards l’ouvrage d’Alexandre Courban comble un vide historiographique. Car, en ce centenaire de la mort de Jaurès, l’histoire de la naissance et des jeunes années du « quotidien socialiste », passé « journal communiste » puis « organe central du PCF » était encore à écrire ; ou plutôt à mettre à la disposition du grand public, le livre publié aux éditions de l’Atelier étant une version adaptée de la thèse « L’Humanité (avril 1904 – août 1939). Histoire sociale, politique et culturelle d’un journal du mouvement ouvrier français » soutenue en 2005.

Les archives du journal n’étant pas disponibles au début de sa recherche, c’est une histoire par le biais des organes politiques qu’a privilégiée Alexandre Courban ; approche qui sera ensuite complétée par une étude des comptes-rendus des assemblées générales, conseils d’administration et autres archives internes à la société de presse, ceci grâce au dépôt des fonds de l’Humanité.

À l’aide des archives du mouvement socialiste d’avant 1920, de celles du PCF mais aussi de sources policières et des fonds nouveaux sur le journal, Courban retrace les nombreuses évolutions ayant marqué les premières années de l’Humanité. C’est une histoire lourde de difficultés financières, de coups de force et de règlements de comptes entre groupes politiques que nous livre l’auteur, mais aussi l’histoire d’un journal du peuple, marqué par les grands combats de son temps – décolonisation, Front populaire…

 

La majeure partie du livre est consacrée à l’enchaînement des événements politiques et internes au journal, à la chronologie de la diffusion et des équipes gestionnaires, avec la place belle laissée aux années de la création du journal. Ces années 1900 et 1910 sont aussi celles des grands débats fondateurs sur la conception du rôle de l’Humanité, sur son rapport au parti et à la classe ouvrière. Les questions de l’autorité du parti politique sur le journal ou  le dilemme entre la constitution d’une équipe de rédacteurs avant tout militants ou encore le recrutement de journalistes professionnels engagés ont structuré une bonne partie de la période étudiée…

En fin d’ouvrage, un court chapitre est consacré au lien particulier à ses lecteurs qu’entretient l’Humanité : des campagnes de souscription aux Comités de défense de l’Humanité (CDH) créés en 1930, en passant par les correspondants ouvriers, les fameux « rabcors », le journal communiste se veut un journal du peuple par le peuple. Espérons que le travail entrepris par Alexandre Courban ne soit que le début d’un grand chantier historiographique sur un quotidien qui, 110 ans après sa naissance n’a pas fini de tracer son histoire… 

La Revue du projet n°44, février 2015.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.