La revue du projet

La revue du projet
Accueil
 
 
 
 

Face au FN – La contre-offensive, Alain Hayot

Arcane 17

Par Florain Gulli
Le livre d’Alain Hayot commence par tordre le cou à un certain nombre de fausses évidences à propos du Front national. Le Front national n’est pas un parti à part, hors système. Il s’inscrit dans une vielle tradition : la droite légitimiste, monarchiste et antirépublicaine. À l’intérieur de ce courant il s’identifie au national populisme apparu fin du XIXe siècle. La stratégie du front républicain, en même temps qu’elle donnait corps à l’idée que gauche et droite ne se distinguaient plus, a sans doute contribué à accréditer la thèse d’un FN au-delà des clivages traditionnels. Ensuite, le vote Front national n’est plus un vote protestataire, un refus radical du politique ; « c’est majoritairement un vote d’adhésion à une vision de la société, à une conception des rapports sociaux ». Enfin, « le vote FN n’est pas le vote de la désespérance sociale, c’est le vote de la peur de la désespérance sociale et de la peur du déclassement ».
Comment le combattre ? D’abord en ayant bien à l’esprit que la crise économique et sociale n’explique pas à elle seule la montée du national populisme. « Il ne suffira pas de faire reculer le chômage pour couper l’herbe sous les pieds du FN ». Le parti d’extrême droite est porté par trois grandes crises. La crise économique bien sûr, mais aussi une crise de sens et une crise politique. La crise de sens est la conséquence de l’exposition des individus à une foule de « processus déstabilisateurs » générant peurs et angoisses quotidiennes. En l’absence d’une alternative transformatrice, le FN s’appuie sur ces dernières et propose des « solutions ». La crise de la politique est la défiance désormais bien installée à l’égard de la « classe politique » et des « élites ». Mais c’est aussi et plus profondément notre conception de l’État, de la République et de la démocratie qui est en crise.
Le combat contre le FN, même s’il a une dimension théorique, doit commencer sur le terrain, en renouant des « liens de solidarité » dans les entreprises, dans les quartiers urbains, comme dans les espaces néoruraux. C’est sur la base de ces solidarités que le travail de politisation pourra s’opérer. Parallèlement, il faudra œuvrer à la démocratisation de notre démocratie fatiguée en imaginant de nouvelles formes institutionnelles.
Ces combats ne pourront se déployer que dans le cadre d’un « projet d’une société d’émancipation humaine » croisant « l’espérance communiste » et les aspirations des nouveaux mouvements sociaux.

La Revue du projet, n° 35, mars 2014
 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.