La revue du projet

La revue du projet
Accueil
 
 
 
 

« Diderot 2013 »

Recherches sur Diderot et sur
l'Encyclopédie, n°47
Par Pierre Crépel
2012 : année Rousseau. 2013 : année Diderot. Comprendre les Lumières, dans ce qu’elles ont de commun et dans leur diversité politique, sociale, scientifique et philosophique, est une nécessité pour changer le monde aujourd’hui. En 1986, au lendemain du bicentenaire de la mort (1784) de Diderot, fut créée par Anne-Marie et Jacques Chouillet la revue Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie. Elle en est au n° 47 : deux numéros par an, plus des index cumulatifs très pratiques, en particulier sur les n° 1-41. La revue est en général articulée autour d’un dossier (par exemple « Diderot et les spectacles » pour le n° 47 de 2012), avec des « varia », des « glanes », des comptes-rendus et une rubrique « autographes et documents » où sont dépouillés les catalogues de ventes de manuscrits.
Diderot n’est pas le seul auteur étudié ; l’Encyclopédie, dont il est le principal maître d’œuvre (1751-1765 pour les discours, 1762-1772 pour les planches, sans compter les suppléments, tables, éditions étrangères et recompositions par ordre de matières), fait également l’objet de nombreuses recherches : D’Alembert, Voltaire, Turgot, Quesnay, Rousseau, Montesquieu..., presque tous les hommes des Lumières, connus ou non, y ont participé.
S’il existe de nombreuses revues sur le XVIIIe siècle, il n’y en a pas d’autre au monde qui soit entièrement consacrée à Diderot ou à l’Encyclopédie et celle-ci, de qualité remarquable, fait appel aux meilleurs spécialistes, français ou étrangers, de ces sujets. La triste et bientôt feue AERES (Agence d’évaluation de l’enseignement supérieur et de la recherche) et ses satellites n’ont pas daigné la classer, ne serait-ce que parce qu’elle publie en français et même parfois en françois. Peut-être ces garants autoproclamés de « l’excellence » estiment-ils que l’Encyclopédie, jamais  traduite (sauf en extraits) ne doit être étudiée qu’en anglais ?
Publication de la Société Diderot, la revue, soutenue par le Centre national du livre, le conseil général de la Haute-Marne et la ville de Langres (où est né Diderot le 5 octobre 1713) a fait le choix du non-lucratif. Les numéros anciens sont en ligne en accès libre (http://rde.revues.org/) ; les plus récents sont diffusés pas la Société Diderot ou par « Aux Amateurs de Livres ». Gageons que l’année 2013 du tricentenaire donnera un coup d’accélérateur aux recherches sur ce  philosophe C’est ce qui ressort déjà du programme et même du prospectus accessible sur le site suivant :
https://sites.google.com/site/diderot2013/

La Revue du projet, n° 24, février 2013
 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.