La revue du projet

La revue du projet
Accueil
 
 
 
 

Panorama des flux migratoires dans le monde, Catherine de Wenden*

Avec 220 millions de migrants internationaux, toutes catégories confondues, dans un monde de 7 milliards d’habitants, soit 3% de la population mondiale, le phénomène migratoire a pourtant atteint toute la planète, et est devenu l’une des questions majeures de la scène internationale.

La mondialisation a accru les moyens de transport, facilité l’économie du passage, donné à voir à travers les media les modes de vie des pays riches, encouragé les transferts de fonds (350 milliards de dollars en 2010), densifié les réseaux transnationaux économiques, culturels, matrimoniaux et religieux tandis que la généralisation de la détention de passeports créait un droit de sortie d’États auparavant verrouillés de l’intérieur. Des populations en nombre croissant refusent le déterminisme consistant à rester assignées à des pays qu’elles considèrent sans avenir, empruntant la « porte de service » quand l’entrée principale est close dans les pays d’accueil. Le rapport du programme des Nations Unies pour le développement de 2009 concluait que les migrations sont un facteur essentiel du développement humain, mais les deux tiers de la population de la planète ne peuvent circuler librement.

Hiérarchie des droits à la mobilité

 

Partout la mobilité est valorisée mais les migrations sont souvent redoutées, contrôlées et réprimées et ceux qui bougent ont globalement moins de droits que ceux qui sont sédentaires. Plus encore, une hiérarchie des droits à la mobilité se dessine, en fonction des diplômes, compétences et talents, des ressources, de l’information, des réseaux transnationaux ou des zones de provenance. Les plus dotés peuvent circuler  tandis que les moins dotés sont condamnés à se contenter du lieu où le hasard les a fait naître ou à emprunter les filières de l’immigration clandestine. La démocratisation du passage des frontières n’est pas encore à l’ordre du jour dans un monde où tout circule de plus en plus librement, sauf les hommes. Au regard des grands déséquilibres de la planète, ces migrations ne sont pas massives : il ne s’agit ni de conquête ni d’invasion mais plutôt d’un mouvement lent et continu relativement peu sensible aux politiques dissuasives mises en place, avec un coût de la maîtrise des frontières devenu croissant économiquement et politiquement pour les pays d’immigration.
 

Pays de départ et pays d’accueil

 

Les migrations internationales sont
particulièrement intenses le long des grandes fractures du monde, économiques, politiques, géographiques ou environnementales : la Méditerranée, la frontière américano-mexicaine, russo-chinoise, l’extrémité de la nouvelle Europe et quelques autres points du globe sont devenus des lieux de passage empruntés mais aussi périlleux. D’anciens pays de départ sont devenus des pays d’accueil : c’est le cas de l’Europe du sud et aujourd’hui du Mexique, du Maroc, de la Turquie qui restent aussi  des pays de départ et de transit. D’anciens pays d’accueil deviennent des pays de départ : c’est le cas des certains pays d’Amérique latine comme l’Argentine, le Brésil, l’Uruguay, le Chili dont les ressortissants d’origine japonaise, espagnole ou italienne reviennent parfois aux pays d’origine. Mais ils redeviennent des pays d’accueil pour les Européens désenchantés par la crise. En Asie du Sud-Est, certains pays sont tantôt pays de départ ou d’accueil en fonction de la fluctuation des situations économiques : c’est le cas de la Thaïlande et de la Malaisie qui sont tour à tour l’un ou l’autre. D’autres comme le Japon, Taï Wan, la Corée du Sud, ne sont que des pays d’accueil face à des pays de départ comme la Chine, le Pakistan, les Philippines, l’Indonésie, le Sri Lanka. Mais les pays émergents attirent aussi : Chine, Inde, Brésil, Turquie attirent une migration qualifiée d’entrepreneurs à la recherche de nouveaux marchés. Mondialisées, ces migrations sont aussi régionalisées : la plupart des migrants aux États-Unis proviennent aujourd’hui d’Amérique latine, l’essentiel des migrations en Europe est originaire de la rive sud de la méditerranée, la Russie attire une migration venant surtout de l’ex-URSS, l’Asie du Sud-Est et l’Australie sont  alimentées par une migration asiatique tandis que l’Afrique est en proie à un vaste mouvement de mouvements internes au continent, vers le Maghreb et l’Afrique du sud, ou le Golfe. Il y a aujourd’hui autant de migrations sud-sud que de migrations sud-nord.

Ce brouillage des situations concerne aussi les migrants eux-mêmes, tantôt touristes, migrants économiques, membres du regroupement familial, étudiants ou demandeurs d’asile. Les phénomènes de double nationalité et d’allégeances multiples se développent. Le vieillissement qui frappe l’Europe, la Russie et le Japon, la transition démographique qui caractérise le Maghreb et, plus largement, le monde arabe et l’Amérique latine et demain la Chine  inscrit aussi cette réalité dans le moyen et le long terme. Des pénuries de main-d’œuvre dans les secteurs qualifiés et non qualifiés ont conduit à la reprise de l’immigration de travail dans des régions comme l’Europe qui croyaient, il y a trente ans, à la fin des migrations. Les bouleversements environnementaux de la planète (réchauffement climatique, sécheresse, appauvrissement des sols, catastrophes naturelles) et les crises politiques sont aussi porteurs de nouveaux déplacements de population. Beaucoup de régions du monde entrées dans une phase de transition sont devenues des régions de migration et connaissent une urbanisation, une scolarisation et un bouleversement rapides. C’est le cas du continent africain qui atteindra deux milliards d’habitants à la fin du vingt et unième siècle, passant d’une population à 70% rurale à une population à 70% urbaine, de l’Inde (1,6 milliards d’habitants entre 2030 et 2050), de la Chine (un milliard et dont la population commencera à vieillir du fait de la politique de l’enfant unique) et de quelques autres nouveaux géants mondiaux (Indonésie, Brésil, Pakistan, Nigéria). Les migrations accélèrent le développement comme le développement accélère les migrations.

Parmi les facteurs qui expliquent la forte hausse des migrations, figurent les progrès de l’information, l’économie du passage, le développement de liens transnationaux, l’urbanisation de la planète, la généralisation de la délivrance des passeports, la demande d’asile et la persistance des grandes zones de fracture économique et démographique du monde.

*Catherine de Wenden est directrice de recherches au centre d'études et de recherches internationales (CERI) à Sciences-Po.

 

La Revue du Projet, n° 17, Mai 2012

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.