La revue du projet

La revue du projet
Accueil
 
 
 
 

Front national : Un électorat radicalisé, par Gérard Streiff

Une enquête JDD/Sud Radio, réalisée la veille du premier tour de la présidentielle par l'institut IFOP et Fiducial, sondait l'électorat FN. L'étude permettait de distinguer le comportement des électeurs FN de personnes n'ayant jamais voté FN.

Certes, dans cette enquête, comme plus généralement dans tous les sondages, on peut discuter la teneur des questions posées. Par exemple, il aurait été utile de voir comment cet électorat réagit face aux inégalités sociales, aux injustices.

L'étude demeure cependant intéressante. On vote Le Pen d'abord par rejet des autres partis (43 %), parce qu'on partage son constat sur l'état du pays (35 %), ou qu’on adhère à ses solutions sur l'immigration (34 %). Seuls 19 % se disent motivés par ses propositions économiques et sociales.

45 % des électeurs FN disent d'abord voter pour son programme, 30 % pour ses « valeurs » et 7 % pour la figure de Marine Le Pen.

En matière de valeurs, les différences de cet électorat avec des personnes n'ayant jamais voté Le Pen sont fortes. 86 % des électeurs FN disent qu'« on ne se sent plus chez soi », contre 50 % de ceux qui n'ont jamais voté pour ce parti.

84 % disent qu'on ne « s'y sent plus en sécurité », contre 50 %.

80 % pensent que l'immigration coûte cher (contre 57 %) ; pour 73 %, l'islam est incompatible avec la république (contre 43 %). Ils sont 63 % à considérer qu'il y a « trop de libertés » en France et 74 % souhaitent le rétablissement de la peine de mort, alors que ce thème ne figure plus dans le programme du FN ! Cet électorat reprend donc une idéologie d'extrême droite traditionnelle.

On remarque également qu'il est volontiers ultralibéral dans ses choix, ou plus libéral que la moyenne, contrairement à un discours « social » à la mode dans l'état-major frontiste.  

La Revue du projet, n°68 juin 2017

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.