La revue du projet

La revue du projet
Accueil
 
 
 
 

Comprendre l’islam politique. une trajectoire de recherche sur l’altérité islamiste, 1973-2016, François Burgat

La Découverte, 2016

Par Hasni Alem
 

François Burgat, politologue et directeur de recherche au CNRS, est un spécialiste reconnu du monde arabo-musulman. Dans cet ouvrage terminé le 19 juillet 2016, soit cinq jours après l’attentat de Nice, il livre sa vision de l’islam politique. Ce livre comporte deux parties. Tout d’abord une sorte d’autobiographie intellectuelle dans laquelle l’auteur retrace son parcours, ses voyages dans le monde arabe et les figures qui ont influencé sa démarche. Ensuite une analyse du phénomène « islamiste » au travers des concepts forgés par son expérience.

L’auteur affirme que la cause des bouleversements

touchant le monde arabo-musulman (et l’Occident) est fondamentalement politique. En cela, il s’oppose explicitement à la thèse de deux universitaires fortement média­tisés, Olivier Roy et Gilles Kepel. À Olivier Roy, il reproche sa vision « psychologisante » (le « nihilisme ») et à Gilles Kepel sa vision « culturaliste » (« c’est la faute à l’islam politique »). Pour Burgat, ces deux spécialistes font l’erreur de négliger la variable proprement historique du phénomène islamiste, en niant sa dimension politique.

François Burgat analyse cette émergence « islamiste » à partir du fait colonial et de la confrontation Nord/Sud. Pour lui l’islam politique représente l’utilisation par les populations du Sud d’un « parler musulman ». Ce langage endogène émergea en réaction à l’hégémonie culturelle des Occidentaux. Après avoir obtenu son autonomie politique par les indépendances, et son autonomie économique grâce aux nationalisations, le monde musulman chercha à construire son propre univers symbolique au travers de l’islam vu comme non « contaminé » par l’Occident. Pour l’auteur, ce référentiel symbolique différent provoque des malentendus entre les acteurs politiques des pays musulmans (et pas seulement les islamistes) et les Occidentaux. Face à ce phénomène, le Nord dominant s’aveugle en recherchant à faire de « l’Autre » musulman un « même » à son image. François Burgat donne l’exemple de l’imam Chalghoumi, imam de Drancy, omniprésent dans les média. Il joue le rôle de porte-parole des musulmans de France, alors que ces derniers dans leur majorité le considèrent comme illégitime. Son français plus qu’approximatif et ses relations ambiguës avec le gouvernement israélien participent à ce discrédit qui renforce le sentiment d’invisibilité des musulmans français. Le livre dénonce l’hypocrisie du soutien occidental aux dictateurs de ces régions (les « Pinochet arabes »). Leur « laïcité » affichée sert de paravent à la répression des opposants (particulièrement islamistes). Cet ouvrage salutaire apporte un démenti à la rhétorique guerrière qui domine le paysage médiatique. Finalement, il affirme une chose simple : à un problème politique la réponse ne peut être que politique. 
 

La Revue du projet, n°66/67 avril-mai 2017

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.