La revue du projet

La revue du projet
Accueil
 
 
 
 

Santé et politique le parent pauvre du débat public, Gérard Streiff

L’enquête intitulée La santé dans le débat politique, réalisée par l’institut Odoxa pour Orange et la Mutuelle nationale des hospitaliers (MNH) au printemps 2016, présente des résultats intéressants.
Ce sujet est incontestablement une des priorités des Français. La santé est aussi un domaine de fierté. Les sondés considèrent que la France a le meilleur système de santé au monde. Mais l’opinion estime que la santé est le parent pauvre du débat public : 75 % trouvent que cette question n’est que rarement voire jamais évoquée dans le débat politique ou électoral.
Pour la moitié des personnes interrogées, la gestion de la Sécurité sociale devrait revenir au ministère de la Santé, 18 % estimant que ce rôle devrait revenir aux associations de patients et 13 % aux mutuelles.
Ils estiment en moyenne à 55 % la part du remboursement de leurs dépenses de santé prises en charge par la « Sécu » et à près de 70 % le remboursement global en y ajoutant celle prise en charge par les assurances complémentaires et les mutuelles.
42 % des sondés pensent que le remboursement et le coût des soins constituent la préoccupation prioritaire, devant les difficultés d’accès aux soins (40 %).
Plusieurs questions portent sur la dépendance. Les trois quarts des Français (74 %) et des patients (79 %) se déclarent « concernés » à titre personnel par la question de la prise en charge du vieillissement et de la dépendance ; ils n’hésiteraient pas entre maintien à domicile (87 %) et intégration dans un établissement.
Ils attendent beaucoup des nouvelles technologies, de la « santé connectée », thèmes « qui pourraient constituer un levier important des actions publiques susceptibles d’entraîner l’adhésion des Français » dit Odoxa.

 

La Revue du projet, n° 58, juin 2016
 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.