La revue du projet

La revue du projet
Accueil
 
 
 
 

Le productivisme en agriculture, Cyril Roméro*

Le productivisme agricole est beaucoup critiqué, diriez-vous qu’il est à l’origine de la crise agricole actuelle ?
Effectivement il l’est mais avant tout c’est l’irresponsabilité des personnes qui l’ont mis en place depuis des décennies et qui persistent et signent. Il est plus facile pour ces gens-là de faire croire que la cause de la crise est due aux petites et moyennes exploitations qui ne comprennent pas qu’il faut être toujours plus grand pour survivre. Dans les pays comme l’Allema­gne souvent citée en exemple qui ont déjà des fermes de 1000 vaches on a pu constater une baisse de bénéfices de 35 % en 2015 (Agra presse hebdo, 11/12/2015) et de près de 50% depuis 2014.
Il y aura toujours un autre pays pour produire moins cher que le précédent, c’est mentir de faire croire le contraire.

Quelles pistes suivre pour aller vers une agriculture à la fois durable et rémunératrice pour les exploitants agricoles ?
Je n’ai pas de solution magique mais simplement des solutions de bon sens. Des fermes à taille humaine génératrices d’emplois qui participent à la vie des villages, qui préservent l’environnement, qui portent un pan entier de l’économie rurale, qui font ce qu’elles savent faire c’est-à-dire des productions à forte valeur ajoutée.
Ce modèle peut-il répondre au défi démographique mondial ?

C’est un faux problème : nous jetons la moitié de ce que nous produisons, nous sommes bien en plein cœur d’une crise de surproduction mondiale. Ne vaut-il mieux pas produire 5kg de tomates qui prennent le temps de pousser dans la terre et qu’on aura plaisir à manger et qui seront nutritifs pour notre corps plutôt que 10 kg qui n’auront aucun goût ni valeur nutritive avec toute la toxicité qu’on leur aura fait subir pour qu’elles poussent vite et bien rondes pour au final en jeter la moitié ? Aujourd’hui, c’est ce qui se passe et chacun regrette le temps où elles méritaient l’appellation de tomates en mangeant les 5kg restants.

*Cyril Roméro est éleveur dans l’Allier. Il est président de la Fédération nationale de jeunes exploitants familiaux.

Propos recueillis par Léo Purguette.

La Revue du projet, n° 56, avril 2016
 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.