La revue du projet

La revue du projet
Accueil
 
 
 
 

Rénovation énergétique des logements

Investir dans l’efficacité énergétique des bâtiments est intéressant pour l’environnement, pour l’emploi et pour la balance commerciale, en allégeant la facture énergétique de la France.

Avec 25 % des émissions de CO2 et 43 % de la dépense énergétique actuelle en France, le secteur du bâtiment est incontournable pour atteindre les objectifs du facteur 4 à savoir diviser par 4 les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050. Du côté des logements neufs, le problème est en partie réglé, puisque tous les logements doivent satisfaire à la norme BBC (Bâtiment basse consommation) à partir de janvier 2013, c’est-à-dire une consommation maximale d’environ 50 kWh/m2/an. Mais les logements neufs construits chaque année, ne représentent que 1 % par an du parc de logements total : l’essentiel de la consommation énergétique se fait et continuera à se faire dans l’existant, qui doit donc être la cible principale.
Rénover les 23 millions de logements les plus énergivores en norme BBC serait extrêmement coûteux. C’est ce qui ressort de la plupart des expériences de rénovation sur le terrain. Il faut donc rénover mais intelligemment, en utilisant au mieux les ressources […].
Si ce sont les émissions de gaz à effet de serre qu’on veut vraiment réduire alors il faut privilégier en plus de la rénovation de l’enveloppe avec des matériaux isolants performants, le remplacement des vieilles chaudières très peu performantes par des systèmes de production de chaleur moderne et écologique, émettant peu de CO2 (chauffe-eau solaire, pompes à chaleurs (PAC) couplées à de la géothermie basse température, réseaux de chaleurs fonctionnant au bois ou à l’incinération de déchets, traditionnelles chaudières à bois à fort rendement). […] Nous disposons d’une panoplie de solutions technologiques pour faire face aux situations diverses qui peuvent se présenter dans les constructions : maison individuelle disposant d’un terrain, habitat collectif très concentré en milieu urbain avec peu de place et une surface de toiture limitée, proximité de source géothermique accessibles, géographie à fort ensoleillement, réseau de chaleur disponible ou tout autre projet réalisable…
Il faudrait produire tous ces équipements à plusieurs millions d’exemplaires, il s’agit donc de construire une vraie filière de la production de chaleur renouvelable qui est inexistante en France. C’est un vrai gisement d’emploi au lieu d’importer tous ces produits d’Allemagne ou du Japon. […]
Aujourd’hui seules quelques dizaines de milliers de rénovations par an se font de façon vraiment efficace, certainement à cause du prix prohibitif et difficilement amortissable dans le temps. On est donc loin de l’objectif des 500 000 logements rénovés par an. À ce rythme les objectifs du Grenelle de l’environnement seront réalisés dans trois siècles !
Pour encourager ces rénovations, il faudrait, en fonction des revenus de chacun, distribuer sous forme de subventions ou de prêt à bas taux des aides pour inciter les propriétaires à rénover leur logement. Rien à voir avec le crédit impôt ou autre dispositifs et aides diverses favorisant les effets d’aubaine chez les marchands de systèmes de chauffages qui en ont profité pour augmenter les prix, avec de nombreuses malfaçons [...ou ciblant] des propriétaires déjà aisés qui paient des impôts et qui ont les reins assez solides pour contracter un prêt. […] Il y a le cas également des logements collectifs privés : comment faire en sorte que les travaux ne se soient pas imposés à des copropriétaires démunis et qui se trouveront dans l’obligation de céder leur logement ? […]
10 à 15 milliards d’euros par an sont nécessaires pour financer un tel plan, sur la base de 500 000 logements rénovés par an, avec un coût de 20-25 000 euros par appartement permettant de passer de 300 kWh à 100 kWh/m2/an, performance qui reste raisonnable et techniquement faisable. L’ampleur du financement donne d’autant plus de pertinence à notre proposition de pôle public financier, qui orienterait la création monétaire pour cette grande cause nationale (et non pour la spéculation !). […]

Amar Bellal est est rédacteur en chef de Progressistes. Extraits de Progressistes, n°1, juin-juillet-août 2013.

La Revue du projet, n° 55, mars 2016

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.