La revue du projet

La revue du projet
Accueil

Changer le modèle agricole, Xavier Compain*

.
 
 
 
 

L’agriculture est le fondement historique de la diversité des cultures humaines. A travers la diversité des produits et des savoir-faire, elle a assuré à l’humanité toute entière ses possibilités d’évolution et d’échange.

L’agriculture en crise

À l’échelon mondial comme au niveau national, l’agriculture est aujourd’hui en crise. En France et en Europe, le productivisme s’est accompagné d’un effondrement de l’emploi agricole, de la baisse des revenus des producteurs, et de graves préjudices environnementaux et sanitaires. Dans les pays en développement, un milliard de personnes souffrent de la faim, dont l’essentiel sont des petits paysans qui n’arrivent pas à vivre de leurs revenus. Aujourd’hui, le maintien de paysans nombreux, la production d’une alimentation saine et diverse et la souveraineté alimentaire restent des défis à relever, au profit des populations, consommateurs comme agriculteurs.Les politiques libérales tentent d’imposer partout une concentration de l’agriculture sous le pouvoir de gros propriétaires et de multinationales de l’agro-industrie, employant des ouvriers déplacés et sous-payés, accaparant les terres et les ressources, et soumettant de plus en plus le paysan grâce au contrôle des processus de production (génie génétique, pesticides, nanotechnologies…).Dans les pays du Sud, l’agro-industrie s’accompagne de l’expropriation violente des paysans, la destruction de l’environnement et la déstructuration des systèmes alimentaires. En Europe, pour « rester compétitif », réforme après réforme la PAC a favorisé l’élimination des exploitations familiales, tout en favorisant la concentration des outils de production au service d’une alimentation industrielle et de la malbouffe. Quant aux exploitations qui subsistent, c’est trop souvent au détriment de la qualité de travail et de vie des familles… En France, les crises à répétition éliminent sans cesse les plus fragiles, les revenus agricoles se sont effondrés, des filières entières sont menacées, le renouvellement des générations est compromis, et des écosystèmes sont parfois endommagés à jamais.

Pour une agriculture paysanne

Il est clair pour le PCF que la diversité et la qualité des produits, les savoir-faire agricoles, tout autant que la préservation des ressources et de l’environnement, ne peuvent être garantis que par des paysans nombreux et rémunérés sur tous les territoires. C’est pourquoi nous défendons une agriculture paysanne en France, en Europe et dans le monde, et le droit à la souveraineté alimentaire pour tous.Avec la nouvelle Politique agricole commune (PAC) 2014-2020 en cours de définition, nous sommes à un tournant de l’Histoire. Soit l’Europe abandonne notre alimentation à l’agro-industrie destructrice de l’emploi et de la santé publique, soit elle comprend l’enjeu d’une politique volontaire d’appui à un maillage dense d’exploitations familiales sur tous les territoires, en favorisant la qualité et la diversité des produits, la relocalisation des productions, la régulation des marchés et la maîtrise du foncier…Notre agriculture n’a pas à se soumettre à la concurrence internationale vis à vis d’une agriculture coloniale destructrice de la santé publique, de l’environnement, des équilibres sociaux et politiques. L’agriculture doit être exclue du carcan des règles de l’Organisation mondiale du commerce, protégée des marchés spéculatifs et de l’orientation libérale de l’Union Européenne. Le PCF s’engage à se battre pour que l’Union européenne recouvre sa souveraineté alimentaire, c'est-à-dire son droit à soutenir et protéger son agriculture, pour le bénéfice de tous.

Pour une politique agricole répondant aux besoins humains

Assurer la sécurité alimentaire : afin de répondre au défi alimentaire, la production agricole doit être soutenue et l’indépendance alimentaire garantie pour ne pas dépendre des marchés mondiaux. Si les prix à la consommation doivent être abordables pour tous, il faut tourner le dos au productivisme à outrance pour reconquérir la qualité nutritive et gustative des aliments : une alimentation de qualité pour tous !  

Réguler les marchés pour conforter les revenus : il est nécessaire que les producteurs soient justement rémunérés de leur travail, condition indispensable pour favoriser l’installation des jeunes et maintenir des paysans nombreux. Cela doit passer par des prix minimums garantis, la maîtrise de la production, le soutien aux exploitations et aux filières les plus fragiles. Il est également nécessaire de redistribuer la valeur ajoutée au profit des producteurs.

Assurer et promouvoir des services environnementaux : les paysans font bien plus que produire de la nourriture ! Aménageurs du territoire, de nos campagnes, ils sont parfois les seuls acteurs économiques en milieu rural. Ces pratiques doivent être reconnues, et soutenues de manière à garantir des bonnes pratiques environnementales et le respect des systèmes écologiques.Telle est la contribution que nous avons portée à l'élaboration du Programme Populaire Partagé du Front de gauche.

*Xavier Compain est Membre du Conseil National, chargé de l'Agriculture, Pêche, Forêt.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.