La revue du projet

La revue du projet
Accueil
 
 
 
 

La Terre fleurira : le cinéma de L’Huma

Ciné-Archives et les Mutins de Pangée, 2015

Par Antoine Guerreiro

C’est un bel ouvrage que nous proposent Ciné-Archives et les Mutins de Pangée dans la collection Mémoire populaire. Le « cinéma de L’Humanité » étant à l’honneur dans ce livre-dvd, c’est pour commenter et accompagner les dix films-archives proposés en annexe que les divers témoins et spécialistes sollicités y interviennent. Le regard plus objectif des historiens s’ajoute aux anecdotes et témoignages personnels de Jacques Choukroun, Alain Ruscio et Henri Malberg, qui évoquent avec plus ou moins d’emphase leur vision de la Fête au fil des ans. Pour retranscrire l’ambiance de la Fête et de tout ce qui l’entoure sont abordés l’histoire du journal mais aussi le militantisme au PCF, le sport et la culture populaire... De nombreuses photographies de la Fête et des films commandés par L’Huma agrémentent d’ailleurs le livre.
Alexandre Courban ouvre les contributions avec un texte sur « L’Humanité, une réalisation quotidienne tangible ». À partir de ces quelques mots attribués à Paul Vaillant-Couturier, l’historien dresse à grands traits les caractéristiques qui ont fait la force et la singularité du journal, de sa naissance jusqu’à aujourd’hui : son projet éditorial amibtieux et son modèle économique basé sur la mobilisation militante.
Pour Pauline Gallinari, historienne spécialiste du cinéma communiste, La Terre fleurira, principal film proposé dans le DVD représente une sorte de cas d’école. Réalisé par Henri Aisner en 1954, à la demande de L’Humanité qui souhaitait célébrer son cinquantième anniversaire, il s’agit du deuxième grand film commandé par les communistes, après La Vie est à nous de Jean Renoir en 1936. Pauline Gallinari remarque, en étudiant l’ensemble des œuvres cinématographiques de L’Humanité, les moyens mis en œuvre pour leur réalisation et leur portée politique « qu’une telle utilisation du cinéma reste à part dans le champ de la presse écrite ».
Enfin, l’historien Fabien Archambault et le sociologue Julian Mischi mettent plutôt l’accent sur la dimension populaire de la Fête et des autres initiatives organisées par L’Humanité et le PCF : le premier étudie plus particulièrement « la promotion du sport populaire » tandis que le second signe un article consacré au « communisme populaire » tel qu’il se déploie à la Fête et dans la presse du Parti.
Si l’ouvrage aurait sans doute pu faire plus de liens avec le journal et la Fête actuels, qui portent toujours en 2015 l’horizon dont le monde a plus que jamais besoin, La Terre fleurira a le grand mérite de resituer dans une perspective séculaire – avec un angle original qui plus est – les combats de cette véritable institution du mouvement social français qu’est L’Humanité. n

La Revue du projet, n° 53, janvier 2016

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.