La revue du projet

La revue du projet
Accueil
 
 
 
 

Les écoutes américaines. Un agacement croissant

L’Institut Odoxa interrogeait l’opinion l’été dernier (26 juin), pour Le Parisien et I-télé, sur l’espionnage américain en France. Un Français sur deux (50 %) jugeait cette affaire « extrêmement grave » ; l’autre moitié des sondés (49 %) estimait que cette affaire n’était « pas si grave que ça, tous les pays font de l’espionnage ».
Le lobby atlantiste claironnait aussitôt « que cela n’avait pas tant choqué que cela les Français ». Oui mais, c’est la tendance qui est intéressante. Il y a deux ans, en juillet 2013, lors de l’affaire Snowden, les sondés n’étaient que 35 % à juger que c’était une « affaire extrêmement grave » contre 63 % pensant que ce n’était pas si grave. « Il y a donc eu une progression de 15 points dans l’agacement des Français, c’est évidemment extrêmement conséquent » note Odoxa qui ajoute « Il est probable qu’à la prochaine révélation de Wikileaks les Français seront une nette majorité à réprouver ces pratiques ».
Un tiers des personnes interrogées jugeait « insuffisante » la réaction – et le mot est fort ! - la réaction du pouvoir français.
Autre donnée intéressante : les Français « ne croient pas une seconde » (Odoxa) que le Président des États-Unis tiendra son engagement de cesser ces pratiques d’espionnage. Un Français sur dix fait confiance à Obama.

 

La Revue du projet, n° 51, Novembre 2015
 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.