La revue du projet

La revue du projet
Accueil
 
 
 
 

Anarchie : une petite poussée de fièvre ? Patrick Coulon

Peu présente dans les lignes éditoriales ces vingt dernières années, l’anarchie semble intéresser de nouveau, dans le mouvement d’analyse et de mise à jour des théories politiques anticapitalistes. Le drapeau noir reprendrait-il des couleurs ? Il existe aujourd’hui un frémissement éditorial certain avec au cours de l’année écoulée plusieurs productions.

« Anarchisme, nouvelles approches, nouveaux débats », Dissidences
Commençons par la revue Dissidences, revue « engagée mais non partisane » qui intitule son dernier numéro : « Anarchismes, nouvelles approches, nouveaux débats » (dossier qui fait partie d’un ensemble de numéros portant sur les mouvements révolutionnaires). Les articles sont regroupés en trois parties qui rendent compte des recherches récentes sur la notion. La première fait le point sur la pensée de l’anarchisme aujourd’hui. La seconde présente concrètement des actions anarchistes comme l’anarcho-punk – initiallement groupes punk refusant les circuits commerciaux et s’illustrant par des chansons qui diffusent les pensées anarchistes – ou les luttes anarchistes en lien aux mouvements des sans-emploi. La dernière enfin se tourne vers l’existence de tels mouvements en Amérique Latine.

Dans la première partie, Irène Pereira interroge les deux notions d’ « anarchisme » et de « libertaire » pour montrer la difficulté à les délimiter. « Pour les chercheuses et chercheurs travaillant sur l’anarchisme, la délimitation des notions d’anarchisme, d’anarchiste, mais également de libertaire, pose des difficultés tant auprès du grand public que dans leurs usages savants. En effet, ces notions sont polysémiques et recouvrent des usages lexicaux très divers. Tout anticonformiste ou rebelle se voit qualifié d’anarchiste. L’anarchisme est également l’objet d’auto-catégorisations par les acteurs. Il peut renvoyer à des mouvements historiques comme à des théories politiques diverses. Son extension historique et géographique est aussi problématique : il serait repérable à toutes les époques ou dans toutes les cultures selon certains, tandis que pour d’autres, il ne commencerait à se constituer qu’en Europe au XIXe siècle. À ces difficultés s’ajoutent celles posées par le terme de libertaire : initialement synonyme d’anarchiste, il tend à prendre une extension plus large. En langue anglaise, il se confond également avec celui de libertarien. Les pratiques sont, elles également, l’objet de controverses : l’anarchisme est pour certains un courant du mouvement ouvrier, pour d’autres, il se caractérise par des pratiques de vie, voire une simple attitude antiautoritaire… ». C’est l’analyse de discours de théoriciens du XIXe, Anselme Bellegarrigue et Joseph Déjacque qui se disent anarchistes, qui montre l’implication politique de ces définitions différentes. En effet, les deux théoriciens ne défendent pas les mêmes approches de l’anarchisme. L’anarchisme peut être plutôt socialiste ou plutôt individualiste. Dans ce dernier cas, il peut aller jusqu’à supporter la libre concurrence et l’initiative individuelle (ce que prônent les libertariens américains).

Les anarchistes. Dictionnaire biographique du mouvement libertaire francophone
Ce dictionnaire produit par Les éditions de l’Atelier au titre évocateur : Les anarchistes réunit plus de cinq cents biographies de militants français, belges, suisses ou québécois des années 1840 aux années 2000,  reconstituées à partir des travaux de Jean Maitron. Elles balaient le large spectre de l’anarchisme – communiste, individualiste, syndicaliste – et de ses formes d’actions. Joliment illustrée de photographies rares, dotée d’une riche chronologie commentée et complétée par des encarts historiques ou linguistiques, cette somme renouvelle l’approche de l’anarchisme et de certaines de ses figures phares.

Gaetano Manfredonia, Histoire mondiale de l’Anarchie
C’est un fort bel ouvrage que nous livrent ensuite Arte éditions et Textuel, de ceux qui deviennent des références. Il regroupe une centaine de récits d’événements ayant eu lieu entre 1848 et nos jours dans beaucoup de pays du monde. Pour raconter le mouvement de la pensée anarchiste et son influence sur l’évolution de la société, l’auteur s’appuie sur une riche iconographie : photographies d’archive bien sûr mais aussi correspondances, tracts, chansons, estampes, caricatures, journaux et livres.

Alba Balestri, La section italienne de la colonne Ascaso
Alba Balestri rend dans ce livre un hommage à son père, exilé italien à Paris, parti s’opposer au coup d’État de Franco, mais aussi à tous les libertaires qui furent les premiers à s’engager au côté des républicains espagnols. Tous étaient portés par la volonté de construire une autre société plus fraternelle et solidaire. Tous aussi concevaient cette guerre comme une révolution.

John Clark, Introduction à la philosophie écologique et politique de l’anarchisme
Le philosophe John Clark livre dans les trois essais qui composent ce livre, « Qu’est-ce que l’anarchisme ? », «  La politique de libération : de la classe à la culture », «  L’anarchisme et la crise mondiale actuelle  », sa vision de la façon dont nous devons sortir de l’opposition gauche-droite, complètement vide de sens et mortifère. L’anarchisme permettrait de quitter l’aveuglement actuel face aux questions portant sur l’écologie.

Un Indigné, Révoltez-vous ! Répertoire non exhaustif des idées, des pratiques et des revendications anarchistes
Pour sortir de la pratique habituellement citée du « contrôle citoyen », l’auteur propose des modes d’action de révolte, de libération. Se rassembler pour sortir de l’indignation promue par Hessel, et reprise par tous les politiques, et entrer dans la révolte face à des situations inacceptables. Ce petit livre voudrait créer une dynamique pour oser de nouveaux possibles, de nouvelles propositions.

Anarchy, France 4
Pour finir sur une touche moins scientifique, voici Anarchy, la nouvelle série télévisée de France 4. Imaginez une série pour laquelle seul le premier épisode a été écrit. La suite est à imaginer par les internautes sur un blog. Le synopsis futuriste, inspiré de la faillite bancaire de l’Islande, raconte la vision d’humanitaires belges sur la France qui, après être sortie de l’euro, sombre dans le désordre. Le projet vise à susciter « une réflexion sur le contrat social », ou à créer la crainte de ces scénarios ?

MAIS AUSSI
Pierre Kropotkine ou l’économie par l’entraide,
Le passager clandestin.
La littérature de l’anarchisme, ELLUG.
Encyclopédie anarchiste, Éditions des Équateurs.
« Les militantes du POUM 1935-1980 » Revue
des mondes hispanophones
, PUF.
Dionysos au Drapeau Noir - Nietzsche et les
Anarchistes
, Atelier de création libertaire.
• Max Nettlau, Une mémoire anarchiste, Éditions du
Monde Libertaire.

 

La Revue du projet, n°48, juin 2015
 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.