La revue du projet

La revue du projet
Accueil
 
 
 
 

Guerre d’Algérie : un regard un peu plus distancé, Gérard Streiff

Une enquête IFOP-Le Monde-Fondation Jean Jaurès a été réalisée pour le soixantième anniversaire du début de la guerre d’Algérie, le 1er novembre 1954. À la question « Pour vous qu’évoque la guerre d’Algérie », une majorité de sondés font référence à des mots tels qu’« indépendance », « guerre », « colonisation », « morts », une minorité opte pour un vocabulaire « nostalgique » comme « événements », « abandon », « déchirement ».

 

78 % estiment que l’indépendance « a été plutôt une bonne chose pour l’Algérie » et pour 65 %, ce fut « plutôt une bonne chose pour la France ». L’IFOP rappelle qu’à la même question posée en 1972, à peine plus d’un Français sur deux estimait que l’indépendance avait été « plutôt une bonne chose » pour chacun des deux pays. L’évolution est significative.

En même temps, des clivages importants se manifestent selon les appartenances politiques. À gauche, le conflit reste avant tout « une guerre de libération pour un peuple colonisé » ; à droite, il est associé d’abord à « l’arrivée des pieds noirs en France ».

Le « recours à la torture par l’armée française » est plus cité à gauche qu’à droite, les « attentats du FLN » sont plus évoqués par l’UMP et le FN ; l’UMP associe fortement guerre d’Algérie et retour du général de Gaulle.

Sur l’attitude de la France depuis la fin de la guerre, une majorité considère que le pays s’est bien comporté à l’égard des pieds-noirs ; mais quand on demande si la France s’est bien tenue envers « le peuple algérien » et les « Français issus de l’immigration algérienne », seul un Français sur deux, à gauche, est d’accord alors que l’opinion de droite partage très majoritairement ces idées.

Sur la place de l’Algérie dans l’espace public, 43 % des sondés la trouvent suffisante dans les média, contre 37 % ; à l’école, 54 % pensent qu’on n’en parle pas assez. Signe encourageant.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.