La revue du projet

La revue du projet
Accueil
 
 
 
 

Envie de changer et attachement au système français

 

par Gérard Streiff

 

Un sondage CSA/Le Monde (via Internet, 2 000 sondés), paru dans ce quotidien à la mi-décembre, montre une double aspiration de l’opinion : une très forte envie de tout changer ; et dans le même temps, un très fort attachement au « système français ».

Pour 84 % des sondés, il faut transformer la France radicalement ou la réformer en profondeur. La notion de changement est positive pour 87 %, celle de réforme l’est pour 75 % et même le mot de révolution est positif pour 57 %.

En matière de bilan des choix opérés ces dix dernières années, trois domaines sur quinze recueillent une (courte) majorité de bonnes opinions : la santé, les affaires étrangères, la protection sociale. Mais l’opinion est critique pour ce qui touche les finances publiques, la fiscalité, l’économie et l’immigration. La nostalgie d’une France d’avant est forte : 54 % opteraient pour une machine à remonter le temps plutôt que de se projeter dans le futur (44 %).

Ils plébiscitent un État « fortement interventionniste » (78 %), décentralisé (56 %), organisé en grandes régions et départements (48 %). 60 % se prononcent pour « des entreprises publiques dans les secteurs clés » (mais 55 % aiment le libéralisme ? !). Ils saluent également un impôt sur le revenu progressif (82 %), l’assurance maladie (70 %), le système de retraite (60 %). Le quotidien titre : « Les Français : tout changer mais garder l’essentiel ».

Dans ce sondage, deux boucs émissaires émergent, cependant : les « politiques » et R« l’immigration », ce dernier terme étant désormais négatif pour 69 % des sondés.

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.