La revue du projet

La revue du projet
Accueil
 
 
 
 

Les nouveaux immigrés : de plus en plus d’Européens, de plus en plus qualifiés

Image preview

 

par Michaël Orand

 

À l’heure où le fantasme du « grand remplacement » a micro ouvert dans tous les grands média, et où ses promoteurs peuvent asséner mensonges et contre-vérités, sans le moindre début de réaction, à longueur de journées, il apparaît plus que nécessaire de recadrer le débat avec des éléments concrets. Les chiffres les plus récents publiés par l’INSEE concernant les immigrés et plus particulièrement les nouveaux migrants dépeignent en effet un tableau bien différent de celui que nous présentent les charlatans d’extrême-droite.

 

En 2013, les immigrés, c’est-à-dire les personnes nées à l’étranger et de nationalité étrangère à leur naissance, étaient 5,8 millions en France. En dix ans, le nombre d’immigrés a augmenté de 800 000 personnes, faisant passer la part de la population immigrée de 8,0 % en 2004 à 8,8 % en 2013. Cela ne signifie cependant pas que seuls 800 000 nouveaux immigrés sont arrivés en France sur cette période : il faut également tenir compte des décès et des sorties du territoire. Chaque année en moyenne, ce sont 200 000 immigrés qui sont arrivés en France, pour 50 000 décès et 60 000 départs.

 

Parmi ces 200 000 immigrés environ arrivant chaque année, l’origine géographique la plus représentée est l’Europe (graphique), en particulier le Portugal, le Royaume-Uni, l’Espagne et l’Italie. En 2012, près de la moitié (46 %) des nouveaux entrants sur le territoire français venaient ainsi d’un pays européen. Viennent ensuite les immigrés africains, qui représentent 30 % des entrées (dont 17 % pour le Maghreb), puis l’Asie, l’Amérique et l’Océanie avec 24 % des nouveaux migrants. Ainsi, l’immigration européenne semble la source principale de l’accroissement du nombre de nouveaux entrants au cours des dernières années.

 

Les nouveaux migrants sont relativement jeunes : la moitié d’entre eux sont âgés de 19 à 36 ans au moment de leur arrivée. Quelques pays font exceptions, avec des immigrés plus âgés, notamment la Belgique et le Royaume-Uni. Ce sont également majoritairement des femmes, puisque 58 % des nouveaux immigrés sont des immigrées, n’entrant plus seulement pour des raisons familiales, comme cela a pu être le cas par le passé. Enfin, les nouveaux migrants sont de plus en plus diplômés : 63 % d’entre eux ont au moins un diplôme du niveau du baccalauréat.

La Revue du projet n°43, janvier 2015.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.