La revue du projet

La revue du projet
Accueil
 
 
 
 

Le grand entretien : le pari d’une alternative gagnante, Isabelle De Almeida

Entretien réalisé par Léo Purguette

 

Isabelle De Almeida, présidente du Conseil national du PCF et responsable adjointe du comité du projet, fait le point pour La Revue du projet sur le travail de la conférence nationale des 8 et 9 novembre.

 

Quel message politique le PCF a-t-il envoyé avec sa conférence nationale ?

Un message d’engagement des communistes, dans leur unité et leur détermination, à construire une alternative de gauche dans notre pays. Et construire, cela veut dire prendre des initiatives politiques pour combattre les politiques d’austérité maintenant, les stopper et rendre majoritaire un nouveau projet, un projet de gauche pour la France. Sans attendre 2017 car les dégâts vont être énormes si on laisse se dérouler la politique Hollande-Valls inspirée du MEDEF : socialement, économiquement  et du point de vue environnemental. Ce n’est pas ce gouvernement qui en sera capable car il ne souhaite pas une politique de justice sociale, de lutte contre les inégalités et de relance sociale. Face aux urgences et au temps qui nous est imparti, si on refuse le scénario catastrophe annoncé : une droite et une extrême droite en quête de victoire pour 2017 sur fond de défaite du pouvoir socialiste, alors il faut passer à l’action. Nous voulons construire ce qui pour le moment est appelé des vœux de beaucoup dans le camp de la gauche – des forces, des groupes, des personnalités…– mais qui ne converge pas encore. C’est cette absence de perspective qui empêche de redonner espoir au peuple de gauche pour qu’il se mobilise.

Les communistes, comme le montrent les initiatives prises çà et là, ont déjà engagé ce travail de dialogue, de propositions, de batailles concrètes avec la volonté de rassembler ceux et celles qui veulent sortir notre pays de l’ornière libérale.

Ce fut aussi un message de combat des communistes pour modifier les rapports dans le monde, engager un nouvel ordre international fondé sur le droit, libéré des dominations dont celles du capitalisme financiarisé et de grandes puissances, des logiques d’affrontement pour construire un monde de paix, de solidarité et de développement partagé.

Le message, c’est aussi l’appel public que Pierre Laurent, secrétaire national, a lancé au pays pour dire qu’il est possible de changer de politique, de relever le pays et que les communistes sont disponibles pour construire cette alternative de gauche maintenant, avec le Front de gauche. Nous voulons engager la mise en construction d’assises citoyennes. Un appel pressant pour travailler à une nouvelle majorité de gauche, un nouveau contrat politique à mettre en œuvre par un nouveau gouvernement. Et plusieurs grands axes ont été développés : reprendre le pouvoir sur la finance (banques, nationalisations), redonner du souffle à notre République sans diviser ni exclure mais au contraire faire société avec tous, engager un plan de relance sociale avec la hausse des salaires et le développement de la protection sociale et celui des services publics. Il faut agir maintenant, personne ne peut rester spectateur ou dans le flou. Et plusieurs propositions d’initiatives sur la durée ont été annoncées pour permettre de rassembler sur des batailles politiques et la construction d’un projet de gauche.

Premièrement, engager la bataille contre l’austérité au long cours, le 15 novembre étant une étape qui en appelle d’autres avec le collectif 3A, la nationalisation des autoroutes, la transparence sur le crédit d’impôt compétitivité emploi (CICE) et l’interpellation des pouvoirs publics et des entreprises sur son utilisation...

Deuxièmement, se donner avec le Front de gauche une nouvelle étape de rassemblement pour l’alternative de gauche avec la construction d’assises citoyennes pour la transformation sociale.

Troisièmement, un appel à engager une bataille contre l’austérité à l’échelon européen et à construire avec les forces sociales et progressistes un forum européen pour des alternatives.

 

Que retenez-vous des échanges du samedi sur la situation politique ?

Il y a une lucidité chez les communistes à propos de la situation du pays, de la situation politique et les dégâts que les politiques de Sarkozy et de Hollande ont créés dans les têtes avec les discours de division, de rejet, de défiance des politiques. Lucidité à propos des défis à relever et donc des responsabilités qui sont les nôtres comme force politique dans ce moment-là. Et il y a donc aussi une inquiétude : « Est-ce qu’on peut être à la hauteur, est-ce qu’on va y arriver ? » car nous avons conscience que le temps presse, qu’il y a urgence pour l’avenir de notre pays à construire une alternative de gauche. Il y a urgence aussi à garantir l’avenir du mouvement progressiste permettant les transformations sociales.

Il y a une unité des communistes qui peut permettre d’être à l’offensive, d’être une force actrice dans le mouvement politique et social. C’est un point à souligner car c’est un élément pour donner confiance à ceux et celles qui, à gauche, refusent les choix libéraux de ce gouvernement et qui s’inquiètent du devenir du pays comme du devenir de la gauche.

 

Qu’est-ce qui fait débat et qu’est-ce qui fait accord chez les communistes ?

Ce qui fait accord, c’est la qualification de l’action du gouvernement Hollande-Valls et la volonté de ne pas rester commentateurs de la situation politique au gré de l’actualité. Accord aussi sur la mise en œuvre des décisions prises lors de nos derniers conseils nationaux : prendre des initiatives politiques permettant d’enrayer les politiques d’austérité en France et en Europe. En ce sens, les interventions montrent la multitude d’initiatives prises contre l’austérité dans tous les lieux : institutionnels, dans les entreprises, les communes, les quartiers. Elles témoignent aussi de la créativité militante avec des actions et des pratiques de solidarité concrète…

Ce qui fait débat, qu’il faut poursuivre en confrontant les expériences, c’est : qu’est-ce qui peut faire convergence et rassembler pour arracher des victoires dans la période ? Et donc, où mettons-nous  le curseur sur les ruptures à opérer ? Il y a aussi le débat autour de ce qui peut faire mouvement. Le rejet des politiques d’austérité ou le rejet des politiques libérales comme si l’une n’allait pas avec l’autre, mais il faut poursuivre l’échange. Cela rejoint le débat sur le processus pour transformer la société.

Et il y a aussi le débat sur les contours du rassemblement : rassembler les citoyennes et citoyens et faire fi des forces organisées, avoir à choisir entre plusieurs acteurs à gauche : d’un côté le Front de gauche et de l’autre, les socialistes, les écologistes et autres forces en désaccord avec le gouvernement.

 

Le PCF fait le pari d’une « alternative gagnante » sans attendre, avec tous ceux qui refusent l’austérité. Sur quels grands axes comptez-vous bâtir une nouvelle majorité ?

C’est un pari audacieux mais à partir du moment où, après la politique mise en œuvre par Sarkozy et la droite, celle du gouvernement Valls est en échec et minoritaire dans le pays, il peut y avoir une nouvelle majorité politique qui porte un nouveau projet de gauche. Nouvelle majorité portant sur les valeurs de gauche, d’idées et de propositions de réformes. Privatisations ou nouvel essor des services publics ? Partage des richesses ou accaparement par une minorité de riches ? Justice sociale et fiscale ou accroissement des inégalités et de la pauvreté ? Le pouvoir aux banques et décideurs privés ou le pouvoir aux citoyens, aux salariés et à leurs représentants ? Faire société avec tous ou poursuivre la fragmentation de la société qui ne profite qu’à l’extrême droite et aux forces du capital ?

Et l’on voit bien que sur beaucoup de ses choix, nous sommes majoritaires, et qu’il faut donc engager tous ceux et celles qui refusent ces politiques d’austérité à se mettre en mouvement pour construire des propositions concrètes et en rupture avec la domination des marchés financiers. Car cela veut dire aussi être en capacité de produire des lieux de résistance et des lieux où on pratique de nouvelles formes d’expression citoyenne et de solidarité. La question de l’unité des exploités et des dominés reste un véritable défi à relever.

 

Les élections départementales peuvent-elles permettre de passer aux travaux pratiques ?

Ce sera et c’est déjà un moment qui va compter, puisque tout le pays est concerné par cette élection qui prend donc un caractère national. Les communistes en débattent et y voient une étape pour construire l’alternative de gauche.

Il ne s’agit pas pour nous de laisser faire la droite et l’extrême droite qui sont dans la conquête ou la reconquête de pouvoirs dans les départements. Il ne s’agit pas non plus pour nous de laisser aux forces du capital la prise de pouvoir sur les départements. Car, avec la cure d’austérité que le gouvernement impose aux collectivités et avec la réforme territoriale proposée par le gouvernement, avec en ligne de mire la disparition des départements, c’est le risque de privatisation des services publics locaux ou ceux assurés par les associations.

Il y a donc, avec ces élections, une grande bataille à mener dans tout le pays, dans les cantons et départements entre ceux qui veulent l’austérité locale et la loi du marché et ceux qui veulent des services publics et la satisfaction des besoins des habitants. Entre ceux qui, pour cela, veulent brader la démocratie locale et ceux qui au contraire veulent la développer pour être à l’écoute et faire participer, dans la proximité, les citoyens à la politique locale.

C’est avec cette ambition que nous lançons un appel aux citoyennes et citoyens, aux forces qui se reconnaissent dans ces principes, à porter partout des candidatures représentatives de ceux et celles qui luttent, qui créent, qui souffrent, un appel à se rassembler pour des politiques de gauche, de combat contre l’austérité dans les départements.

 

De quelle manière les ateliers du dimanche alimentent-ils le travail du projet ?

Tout d’abord, il faut remarquer un grand intérêt des communistes pour travailler sur le projet : la participation active dans les neuf ateliers, sur neuf problématiques parfois ardues en témoigne. On ne peut que s’en féliciter. Il y a une réelle envie de mieux maîtriser les enjeux, les défis et les réponses à apporter sur de grandes questions : une nouvelle ère de la démocratie, un nouveau modèle de développement humain durable, une mondialisation transformée.

Il y a besoin de connaissance et d’appropriation des travaux, des propositions que les secteurs, les commissions du PCF travaillent et qui ont besoin de plus irriguer l’ensemble des militants. Non pas d’une manière verticale mais pour associer les communistes à l’élaboration des réponses, au travail commun. Il y a une richesse d’expertises de terrain, de compétences professionnelles et/ou militantes, d’expériences diverses que nous devons mieux mettre en commun pour mener les batailles d’idées, les batailles politiques dont notre pays, le mouvement progressiste en France, en Europe et dans le monde, ont besoin. C’est pourquoi, nous devons élargir le réseau des communistes qui peuvent participer aux différents secteurs et commissions. Un appel a été lancé à la participation dimanche, il a déjà reçu un écho positif et nous allons le renouveler.

Il y a une envie de poursuivre et une demande de mieux articuler ce travail avec les fédérations, les sections. Le travail avec les conventions est un levier, et la décision de tenir une convention sur le projet en 2016 va nous pousser à identifier les questions, les problématiques à traiter avec une cohérence permettant d’identifier, de faire identifier ce qu’est notre projet d’émancipation humaine, notre projet de communisme de nouvelle génération.

Il s’agira à partir des travaux, introduction et synthèses des ateliers de donner une cohérence à quelques axes de changement que pourrait porter un projet de gauche. Le comité du projet va y travailler ainsi que la direction nationale.

 

Lorsque Pierre Laurent, dans son discours de clôture, estime que le projet communiste en construction n’est pas un projet pour le Parti communiste, qu’entend-il par là ?

Ce qu’il veut dire, c’est que notre projet d’un communisme de nouvelle génération est un projet d’ambition pour le développement humain durable, et qu’il se construit avec tous ceux et celles qui veulent porter cette envie de coopération, de partage et d’émancipation. Il y a les communistes et il y a bien d’autres personnes qui veulent travailler avec nous car, comme je le disais, nos convictions et notre engagement pour l’intérêt général donnent confiance. Nous pouvons encore aller plus loin pour que ceux et celles qui se sentent en mal de gauche et de construction alternative se sentent à l’aise avec les communistes. 

La Revue du projet, n°42, décembre 2014.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.