La revue du projet

La revue du projet
Accueil
 
 
 
 

Nous avons le choix Penser le souhaitable pour ouvrir d’autres possibles.

Fondation Gabriel Péri, 2013
Louise Gaxie, Alain Obadia  
Par Patrick Coulon
Louise Gaxie est juriste en droit public. Alain Obadia est président de la fondation Gabriel Péri, membre du Conseil économique, social et environnemental et dirigeant national du PCF. Comme le souligne l’ouvrage, une génération les sépare. Leurs expériences et leurs parcours sont très différents. Cela ne fait que conforter l’intérêt de ce travail commun.
Ils ont rédigé ce livre parce qu’ils partagent la conviction que la politique n’est pas impuissante, et qu’elle peut modifier un cours des choses réputé inéluctable. Encore faut-il en faire la démonstration. Ils la font en passant par un retour sur l’histoire, les progrès qui l’ont jalonnée. Ils invitent à réfléchir sur les propos – beaucoup plus nombreux qu’on veut bien le dire, soulignent-ils – de celles et ceux qui non seulement critiquent un système capitaliste prétendument indépassable, mais esquissent les contours d’une autre façon de vivre en société, une autre civilisation.
Le lecteur parcourra donc six chapitres dont les intitulés illustrent le fil rouge de leur démonstration : le progrès humain comme finalité, la démocratie comme matrice, la durabilité comme logique, la coopération comme démarche, l’appropriation comme dynamique.
Saluons le long passage où les deux auteurs montrent à travers une multitude d’exemples comment des expériences en cours viennent contredire – au concret – les logiques de compétition, de concurrence et de chacun pour soi. Cela va des grands projets structurants comme la station spatiale internationale, le CERN (Centre européen de recherche nucléaire), ou l’ITER (réacteur expérimental thermonucléaire international) à la coopération dans l’univers des entreprises (GIEC, coopérations à l’initiative des comités d’entreprises, mutipartenariats, coopératives) en passant par les Fab Labs, la finance solidaire et collaborative, les systèmes locaux d’échange, ou la coopération via Internet. La conclusion insiste sur l’urgence de sortir de la logique mortifère en cours. Des forces, des énergies actuellement fragmentées existent. La question décisive est de travailler à ce qu’elles dialoguent, partagent leurs expériences comme leurs diagnostics, et se rassemblent.
Dix pages de bibliographie, de rapports et d’études complètent cet ouvrage roboratif.

La Revue du projet, n°30-31, octobre-novembre 2013

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.