La revue du projet

La revue du projet
Accueil
 
 
 
 

Un projet municipal audacieux, Pascal Savoldelli*

Travailler à ce que le vote rassemble et formalise l’intervention populaire contre l’austérité et pour une vie meilleure en sortant de la crise par une alternative à gauche.

La conception du rassemblement que les communistes viennent de définir lors du 36e congrès trouve dans la préparation des élections municipales de mars 2014 un champ d’application particulièrement riche d’engagement démocratique et de perspectives contre l’austérité et pour le mieux vivre ensemble. L’enjeu est d’élire des majorités clairement à gauche dans un maximum de communes. Représentant le cadre territorial le plus proche de la vie des gens, les villes et les villages sont en effet potentiellement des espaces politiques d’expression, de construction citoyenne déterminants pour nourrir et donner de l’élan aux idées de progrès et à l’alternative politique que nous portons avec nos partenaires du Front de gauche.
Ce premier scrutin sur l’ensemble du territoire national depuis l’élection de François Hollande et les législatives qui ont suivi, revêt une importance particulière.  Mais la singularité de ce scrutin tient aussi au fait qu’il va se dérouler dans un contexte dégradé par l’austérité et la crise, par une crise de l’alternative aux politiques libérales, renforcée par un scepticisme croissant envers le politique dans un climat propice à tous les démagogues (c'est la « démocratie de défiance »). Il va également être le premier d’une série de six autres jusqu’en 2017 : municipales, européennes, sénatoriales, régionales, départementales, présidentielle et législatives.  Les municipales vont mobiliser toutes les forces politiques au plan local mais aussi par leur dimension nationale sur fond de campagne pour les élections européennes, deux mois après seulement.  

Rassembler
L’engagement des communistes dans les mobilisations que nous voulons réaliser doit empêcher la droite et son extrême de « droitiser » le mécontentement croissant contre la politique gouvernementale en privant ainsi l’électorat de chercher d’autres issues ou en le poussant vers l’abstention.
D’une manière générale, les Français sont attachés à leur commune, qui façonne le quotidien depuis la Révolution française et ils demeurent majoritairement satisfaits (85%) d’y vivre. Ils y voient un échelon précieux de la démocratie, au travers duquel le maire résiste mieux à la crise de légitimité des pouvoirs.
À cet échelon aussi, il nous faut répondre à un besoin de solidarité, de convivialité, de proximité, de présence dans les luttes pour les retraites, l’emploi, l’école, la santé, le logement, l’aide sociale… Les bilans montrent clairement que les maires communistes sont des rassembleurs de toute la population par des pratiques démocratiques souvent très innovantes dans l’implication des citoyens dans la gestion des affaires de la cité. Pour le bien commun, ils rassemblent bien au-delà du périmètre de la gauche. Notre démarche est ainsi celle du large rassemblement à gauche pour construire des majorités municipales utiles au progrès social et au mieux vivre des populations. Ce n’est en rien une remise en cause de notre engagement dans le Front de gauche, bien au contraire.

Être à l’écoute des populations
Rien ne peut justifier que les populations vivent plus mal ! Rencontrer leurs besoins et les politiser est facteur de rassemblement. Notre combat politique a tout à gagner à être en phase avec tout ce qui vit, se pense, se révolte, lutte et se développe dans la société civile et citoyenne. Défendre la commune en danger et la promouvoir, c’est prendre parti clairement pour le service public, la démocratie locale et donc pour l’amélioration des conditions de vie de toutes et tous. Mettre en débat notre opposition au projet de réforme territoriale du gouvernement est donc un impératif de bon sens ; l’accepter, ce serait tourner le dos à l’attente de plus de proximité et donc à la construction de projets politiques locaux. Nous ambitionnons des projets portés par des élus proches, par des femmes et des hommes qui soient le reflet des diversités de notre société, des communes, des jeunes, des citoyens issus d’immigrations récentes et anciennes, des acteurs et actrices de la vie syndicale et associative. Nous souhaitons bien sûr que le mouvement social et les luttes s’invitent dans le champ politique des élections municipales.

Un calendrier d’initiatives
Pour faire place au peuple, place au citoyen, ces municipales sont d’abord l’occasion d’encourager la tenue d’assemblées citoyennes sur les thèmes les plus proches des préoccupations des habitants. Des assemblées citoyennes qui peuvent déboucher sur des coopératives citoyennes et des comités locaux d’initiatives, et même aller jusqu’à l’organisation d’assises locales. Des collectifs électoraux seront mis en place. Ce temps de campagne estival sera suivi en octobre-novembre et début décembre de la construction du projet local et de la composition de la liste avec les autres forces de gauche donnant lieu à des assises, des ateliers, des états généraux.
Nous souhaitons que notre offre politique débouche, le moment venu, sur un maximum d’accords locaux pour la constitution des listes. Ce temps politique sera d’autant plus favorable à nos ambitions qu’il aura été nourri par le rassemblement citoyen et politique à gauche dans des débats et par des propositions que nous voulons les plus denses et les plus riches possibles. C’est la nature et la qualité des rassemblements qui détermineront, au cas par cas, les conditions des accords et l’union. Les perspectives de progrès que nous ambitionnons au plan local ne sont pas déconnectées de problématiques nationales et européennes. C’est pourquoi nous pourrions envisager de prendre des initiatives nationales, régionales, départementales en lien avec les enjeux locaux sur des questions plus spécifiques à ces différents échelons. n

*Pascal Savoldelli est responsable du secteur Élections du Conseil national du PCF.

 

La Revue du projet, n° 29, septembre 2013
 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.