La revue du projet

La revue du projet
Accueil
 
 
 
 

La guerre d’Algérie en Alsace, Yves Frey

La nuée bleue, 2013

Par Séverine Charret
« Durant ces dix-huit ans qui s’échelonnent de la Libération aux derniers affrontements de l’automne 1962, bien peu d’individus, à part la police, savaient que la guerre d’Algérie touchait aussi l’Alsace. » Dans son ouvrage, Yves Frey entreprend donc de donner à voir cette guerre en Alsace, à partir notamment de sources policières. Abondamment illustré et faisant la part belle à quelques acteurs, le livre est construit sur un va-et-vient entre les événements nationaux et leur déclinaison locale selon un déroulement chronologique. Après une rapide évocation des débuts du nationalisme algérien en Alsace (1945-novembre 1954) où l’auteur présente ce qu’il appelle les strates de l’immigration algérienne, dont les soldats des troupes coloniales arrivés après la Libération et peu perméables à l’activité politique, s’ouvre un chapitre consacré à la confrontation MNA-FLN (novembre 1954-1957). L’auteur y interroge, à travers l’exemple alsacien, le remplacement progressif du MNA par le FLN et conclut à une moindre violence en Alsace de cette lutte fratricide, attribuant à d’autres explications (ralliement de responsables locaux, insuffisante préparation du MNA à la clandestinité et à la répression policière…) le succès du FLN. La troisième partie est consacrée à la mise en place du nizâm (janvier 1958-mars 1959), organisation politico-administrative chargée de l’encadrement et du contrôle de la population algérienne. Si cette organisation – dont Yves Frey décrit la structure en Alsace – se montre de plus en plus efficace, notamment pour la collecte des cotisations, elle échoue à ouvrir un second front en Alsace, les attentats commis visant essentiellement des Algériens. Yves Frey évoque aussi le rôle de la frontière permettant la fuite de travailleurs algériens et l’évacuation des fonds. Le chapitre suivant aborde la période 1959-été 1961, durant laquelle le FLN connaît d’importantes difficultés du fait du renforcement de la lutte policière et de la lassitude de la population algérienne. Si le FLN revient en force à partir de 1961, après s’être assuré le contrôle des foyers de travailleurs algériens, y compris par la force, la conclusion des accords d’Évian se traduit par des déchirements en son sein. Si cet ouvrage d’histoire régionale permet de nuancer certains aspects de la guerre d’Algérie en France, son originalité réside aussi dans l’étude des spécificités des réactions de l’opinion publique alsacienne, spécificités qu’Yves Frey explique par la mémoire des Malgré-Nous qui ressurgit au moment de la mobilisation des appelés, l’influence de la religion notamment catholique et le poids de l’université de Strasbourg. La guerre d’Algérie marque aussi en Alsace le déclin du MRP démocrate-chrétien au profit des gaullistes après le ralliement au général de deux figures locales, Pierre Pflimlin et André Bord. Une empreinte qui dure.

La Revue du projet, n° 27, mai 2013
 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.