La revue du projet

La revue du projet
Accueil
 
 
 
 

Nationalisations : banques et institutions financières, Denis Durand

La nationalisation des grandes banques de dépôt (et de la Banque de France) avait été une des clés de l’issue à la crise des années trente et de la croissance après-guerre. À partir des années soixante, l’appareil étatique de financement de l’économie française n’a toutefois pas été en mesure de remédier à l’apparition d’une nouvelle crise durable de suraccumulation du capital, et il a été balayé par la prise de pouvoir des marchés financiers. La privatisation des banques a donné le signal de la financiarisation de l’économie, contribué aux choix de gestion des entreprises qui ont fait remonter la part des profits dans les richesses créées au détriment des salaires… et conduit à la crise financière, économique, sociale, politique, morale où l’Europe est en train de sombrer.
Sortir de cette crise exigera donc des transformations structurelles plus profondes encore que celles qu’avaient permises la Résistance et la Libération. Il s’agit de retourner contre les marchés financiers le pouvoir de création monétaire des banques et des banques centrales, et de le mobiliser au service des êtres humains. Ainsi, la constitution d’un pôle financier public prend place dans un vaste projet de réorientation du crédit bancaire en faveur des investissements favorables à la sécurisation de l’emploi et de la formation, à la création de valeur ajoutée dans les territoires, à la transition écologique. Cela passe par la mobilisation des institutions financières publiques existantes, en réseau avec les services de Bercy et les banques et assurances mutualistes, et par la nationalisation de réseaux bancaires privés. Mais il ne s’agira pas simplement, cette fois-ci, de mettre à la disposition de l’État un « bras séculier » monétaire et financier. Il s’agit, pour les citoyens, de conquérir des pouvoirs directs, en instaurant une transparence sur le comportement local de toutes les institutions financières, et en mobilisant les instruments de la politique économique (bonifications d’intérêts, garanties d’emprunts) pour obliger les banques à financer les projets soutenus par la population, au moyen de Fonds régionaux et d’un Fonds national pour l’emploi et la formation. Il sera indispensable de s’appuyer sur ces institutions et ces pouvoirs nouveaux pour changer radicalement l’action de la Banque centrale européenne (BCE), et pour que l’Europe contribue à un autre ordre monétaire international, libéré de l’hégémonie du dollar avec une monnaie commune mondiale.

 

Denis Durand est membre du secteur économie et finances du conseil national du PCF.

La Revue du projet, n° 27, mai 2013
 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.