La revue du projet

La revue du projet
Accueil
 
 
 
 

Enzo Traverso, Où sont passés les intellectuels ? Conversations avec Régis Meyran

Textuel, 2013.
Par Patrick Coulon
Enzo Traverso, actuellement professeur à l’université Cornell de New York, préconise une articulation nouvelle entre la production des savoirs, la critique du pouvoir et l’engagement politique. L’ouvrage est construit autour de trois parties. La première intitulée « De la naissance à l’éclipse des intellectuels » rappelle que les intellectuels apparaissent avec l ‘affaire Dreyfus. Après la Grande Guerre, le champ intellectuel se radicalise et se politise dans une période où s’affrontent fascisme et communisme et qui se termine à la fin des années 1970. « L’essor des néoconservateurs » est ensuite analysé dans une seconde séquence. Il est dû selon Enzo Traverso à la chute du «  socialisme réel  », l’emprise de la communication en politique et l’hégémonie de l’économie néolibérale. C’est le moment où la vague néoconservatrice s’impose des États Unis à la France. Malicieusement, l’auteur fait remarquer qu’elle est incarnée par des figures issues pour beaucoup de l’extrême gauche.
Dans le troisième chapitre – « Quelles alternatives pour demain ? » – l’auteur souligne la transformation progressive de l’intellectuel « spécifique » décrit par Foucault en « expert » de gouvernement, déconnecté des mouvements sociaux contemporains. Il préconise, afin d’inventer de nouvelles utopies, que les intellectuels sortent de leurs domaines spécifiques et retrouvent une posture universaliste.
On reste un peu sur notre faim quand même car les évolutions en cours tant sociologiques (niveau d’études, massification du travail intellectuel, irruption d’Internet…) que celles  des conceptions concrètes de l’émancipation portées par le PCF par exemple ne sont pas prises en compte, alors que l’enseignant en sciences politique se fait fort de décréter « qu’aujourd’hui les partis n’ont plus besoin ni de militants ni d’intellectuels, mais surtout de managers de la communication ». L’amalgame rend aveugle !
« L ‘intellectuel questionne le pouvoir, conteste le discours dominant, provoque la discorde, introduit un point de vue critique » selon Enzo Traverso. Ne sommes-nous pas arrivés à une période charnière ou cette tâche incombe à chaque individu rendu plus efficace dans cette quête par son association avec ses semblables ? Un peu comme un intellectuel collectif de nouvelle génération…

La Revue du projet, n° 26, avril 2013
 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.