La revue du projet

La revue du projet
Accueil
 
 
 
 

Après le travail, encore 3 heures de travail pour les Français (et 4 heures pour les Françaises !) Michaël Orand

Depuis quelques années, l’enjeu majeur pour les économistes et les statisticiens est la recherche d’une nouvelle mesure de la richesse, qui permettrait de combler les lacunes du PIB, connues depuis longtemps et dénoncées entre autres par le rapport Stiglitz en 2009. La principale de ces lacunes est l’absence presque totale de prise en compte de la partie non-marchande de l’économie, et notamment tout ce qui concerne le travail non rémunéré. Pourtant, une étude de l’INSEE publiée en novembre 2012 vient nous rappeler l’importance de ce travail non rémunéré dans la vie des Français, en particulier de ce qu’on nomme « travail domestique » : cuisine, ménage, soins aux enfants, jardinage, bricolage… En effet, un Français consacre en moyenne 1 121 heures par an à ces activités, soit plus de 3 heures par jour. La cuisine et le ménage, avec respectivement 217 et 199 heures, sont les deux activités auxquelles les Français consacrent le plus de temps.

 

Sur l’ensemble de la population, ce sont donc finalement plus de 60 milliards d’heures de travail domestique qui sont réalisées par les Français chaque année. C’est près de deux fois plus que le nombre d’heures consacrées par an au travail rémunéré, qui ne représente « que » 38 milliards d’heures par an en France. Si l’on cherche à estimer la valeur que représentent ces 60 milliards d’heures de travail, par exemple en appliquant le salaire horaire moyen des professions exerçant ces tâches (par exemple les assistantes maternelles pour la garde d’enfants, les femmes de ménage pour le ménage…), on obtient légèrement plus de 1 000 milliards d’euros, c’est-à-dire plus de la moitié du PIB tel qu’il est mesuré actuellement.
Il va malheureusement sans dire que les Français ne sont pas tous égaux devant le travail domestique. Et naturellement, la principale différence se situe entre les hommes et les femmes. Celles-ci réalisent en effet 64 % des heures de travail domestique. Si l’on exclut du compte les activités qui peuvent relever plutôt des loisirs que du travail domestique (bricolage, jardinage, jeux avec les enfants…), les femmes réalisent même jusqu’à 72 % du total du travail domestique en France.

 

Ainsi, en moyenne, une femme seule sans enfants consacrera 22 heures par semaine au travail domestique contre seulement 17 heures par semaine pour un homme seul sans enfants. En couple, même sans enfants, l’écart est encore plus important, avec 29 heures de travail domestique hebdomadaire pour les femmes, contre 20 heures pour les hommes. Mais c’est dans les foyers en couple avec enfants que l’on constate la plus grande inégalité : les femmes en couples avec enfants consacrent deux fois plus de temps au travail domestique que les hommes, avec en moyenne 34 heures par semaine contre 18.
Ces inégalités entre hommes et femmes face au travail domestique sont certes inquiétantes, mais une perspective historique nous permet une lecture un peu plus optimiste. Il y a trente ans, les femmes consacraient en moyenne plus de 2,5 fois plus de temps au travail domestique que les hommes. Progrès technologique et progrès social ont permis aujourd’hui de réduire cet écart à 1,7. Il reste du travail à effectuer pour atteindre l’égalité des sexes dans ce domaine mais une partie du chemin a déjà été parcourue avec succès.

La Revue du projet, n° 25, mars 2013

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.