La revue du projet

La revue du projet
Accueil
 
 
 
 

Le cheval, le bœuf et le capitaliste, Guillaume Quashie-Vauclin

Affaire Findus, billet d’humeur

Un pauvre et vieux cheval sous le faix de grands ans,
Gémissant et courbé marchait à pas pesants.
Tirant sa triste vie, plaignant sa destinée,
Il se prend à rêver et murmure et maugrée :

Je voudrais être un œuf
Ou même mieux : un bœuf !
Que ne suis-je promis à la belle mâchée,
Que mon corps devienne une heureuse dînée ?

Le malheureux implorait tous les jours
En vain et sans secours.

Lorsque, par les clameurs, enfin émoustillée
Âme capitaliste accoucha d’une idée.

Beau cheval, bel équidé, ne pleure plus voici
Une solution. Tes problèmes : fini !
Tu pourras fondre aussi dans la bouche des êtres
Humains. Comme bon bœuf aux gens tu vas paraître.

– Ô nouvel alchimiste ? Où est ton athanor ?
– Ma magie, belle bête, a autre nom : c’est l’or.
Il transforme le sot en expert à deux têtes,
Et du cheval galleux, il fait une autre bête.

Sitôt dit, sitôt fait. Cheval à l’abattoir.
Et dans la grande usine, sous les coups de hachoir,
La vieille carne chevaline
Devient viande fraîche et bovine.
L’étiquette en sera témoin
Qui a le plus, il peut le moins.

Ce qu’il advint quand un vieux rat
Le même sort fort demanda
Tu imagines la réponse
Tant de kilos et puis tant d’onces.
Quatre plats de ratsagnes vendus à fort bon prix.
Pour le capitaliste, pas de petit profit.

Ainsi va notre monde, plein de nouveaux Ovide
D’infâmes Métamorphoses, auteurs impavides.
Qui veut les destituer, est tôt démantelé :
DGCCRF(1) meurt dans l’austérité.

Capitalistes font ainsi
De notre univers lieu pourri.
Puisse leur règne mortifère
Finir bientôt dans la poussière.

1) - Direction générale de la concurrence, de la consommation
et de la répression des fraudes

La Revue du projet, n° 25, mars 2013
 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.