La revue du projet

La revue du projet
Accueil
 
 
 
 

« Abécédaire » Europe, n° 1000-1001,

Par Juliette Farjat

Pour son millième numéro, la revue Europe a choisi la forme de l’abécédaire. Comme toujours, elle associe des auteurs, des écrivains, des artistes, aussi divers que les formes qu’ils emploient, pour parler, chacun, d’un mot qu’ils ont eux-mêmes choisi.
À regarder le sommaire, on trouve des mots attendus, qui renvoient à des grandes notions (Absolu, Âme, Exister, Paix…) mais aussi des mots simples du quotidien, parfois saugrenus, (Bain-marie, Tarabuster…). Mais ce que l’on remarque d’abord, c’est que le choix des mots importe peu. Chaque mot n’est qu’une occasion de parler ou d’écrire, qu’un point de départ à déployer aussi loin qu’on le souhaite, un point que l’on peut mener n’importe où. En somme, un mot semble ici pouvoir tout contenir.
Ces articles, malgré leur diversité – ou plutôt par leur diversité même – témoignent tous à leur manière d’une volonté d’engagement, même si ce mot est à prendre au sens large : engagement politique, direct, mais aussi engagement théorique ou affectif. Dans tous les cas, il s’agit avant tout de refuser, de contrebalancer une sorte de méfiance grandissante envers toute chose, le renoncement ambiant, l’accablement général. Ce numéro nous dit qu’il faut continuer à faire confiance aux mots, aux choses, aux idées, bref à la vie, même s’il est toujours nécessaire de garder à leur égard une attitude interrogative, ouverte. Chaque mot et ici chaque article ménagent des trous d’air qu’une pensée en mouvement doit toujours chercher à combler, tout en sachant qu’aucun comblement définitif n’est possible. Pierre Macherey écrit ainsi (au mot « orientation ») qu’il « n’est pas vain de s’intéresser à des ‘‘histoires’’, fictives ou réelles : celles-ci, si elles ne permettent pas de résoudre définitivement les difficultés […] en déplient certains attendus ; et ainsi elles ‘‘orientent’’ la réflexion qu’on peut leur consacrer ».
Ce numéro montre qu’il est possible de trouver une certaine orientation (de la vie, de la pensée) sans réduire la multiplicité qui l’a engendrée. Autrement dit, la revue Europe défend à sa manière l’existence et la persistance toujours actuelle d’une « volonté inébranlable de s’orienter […] avec une entière résolution, même quand [on] a toutes les raisons de considérer qu’[on] est complètement désorienté[s] »  (Pierre Macherey).

La Revue du projet, n° 22, décembre 2012

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.