La revue du projet

La revue du projet
Accueil
 
 
 
 

Adhérer au PCF pour une ambition nouvelle, Laurent Péréa*

L’adhésion devient aujourd’hui le facteur d’un parti renouvelé, représentatif de la société. Ses 45 000 nouveaux adhérents placent le PCF dans la dimension d’un parti rajeuni, renouvelé, lui donnant ainsi, les moyens de son ambition politique.

Fort de son influence accrue et s’appuyant sur ses élus de terrain, sur le mouvement social, mais plus encore, sur la nouvelle génération de communistes qui en masse ces dernières années sont venus gonfler les rangs de l’organisation, le PCF dans le Front de gauche entend être encore plus, une force d’initiatives et de propositions active et positive pour la réussite du changement.

Oui, depuis maintenant 2005, année de la bataille du TCE (Traité établissant une constitution pour l’Europe). Une dynamique citoyenne et populaire inédite envahit l’organisation communiste ; où l’engagement, le retour comme l’entrée en politique de très nombreux jeunes, syndicalistes, forces sociales, intellectuelles et culturelles diverses sont désormais des marqueurs forts dans le PCF.
Autre marqueur fort de la période, ils sont 78 % à penser que le Front de gauche est une chance plutôt qu’une menace, pour le PCF de se développer. L’implication forte des communistes dans le Front de gauche avec le nombre d’adhésions réalisées au PCF, un constat peut être fait : celui d’une base militante et d’une base d’influence qui s’est élargie au cours de l’année 2012, ce qui contrecarre l’idée véhiculée d’un PCF qui aurait choisi le Front de gauche pour masquer son déclin historique.
La place du PCF dans la dynamique de rassemblement est reconnue et, à l’inverse, cette dynamique a besoin, pour s’élargir et se développer, d’un PCF qui, à la fois, se renforce et mène à bien le travail de rénovation dans lequel il est engagé.
Comme le dit Pierre Laurent dans son dernier livre : « c’est un Parti communiste du XXIe siècle qui est en plein chantier et qui se trouve à nouveau en phase avec le moment historique qui est en train de se construire. »
Le PCF considère dorénavant que le point de départ pour favoriser l’engagement, doit être l’épanouissement individuel et que c’est à partir de l’individu, du militant, de ses compétences et de ses aspirations que se construisent le plus efficacement les choix collectifs. Cela devient un enjeu qui sera au cœur de la révision des statuts du PCF à l’occasion de son 36e Congrès.
L’objectif inscrit est de permettre à une multitude de ces nouveaux adhérents dont les vies sont de plus en plus éclatées, d’investir une expérience politique commune. Et ce, afin que le collectif communiste puisse mieux se nourrir de leur expérience, de leurs compétences, de leurs savoirs, de leurs envies ou aspirations.

De pair avec sa stratégie de rassemblement, le renforcement une des priorités du PCF

Nombre de citoyens découvrent la réalité du Parti communiste, sa politique, sa démarche de rassemblement, ses capacités d’organisation, son humanité. Ils apprécient la démarche du Front de gauche et y ont pris leur place, ont côtoyé les communistes et ses militants. Ils ont pu ainsi faire des expériences positives avec le PCF, ouvrant la porte à un fort potentiel pour son ambition de conquête ou de reconquête.
Cela a déjà permis en 2012 de réaliser un nombre important d’adhésions : 7 000 à ce jour, dont 4 700 fin juin ; 1 400 de plus sur la Fête de l’Humanité ce qui, déjà, est supérieur à la moyenne de ces dix dernières années – qui est de 6 000 adhérents par an.
L’année 2012 confirme donc que le PCF est parvenu à une sorte de « point d’inflexion » où, après avoir régressé durant un quart de siècle en nombre d’adhérents, en organisation collective, en implantation militante et élective, peut retrouver une dynamique de progrès et de renforcement de son organisation.
La nature de ces nouvelles adhésions confirme cette appréciation : 62 % d’hommes et 38 % de femmes (l’équivalent de l’ensemble des adhérents du PCF) ; 32 % nés après 1981, 20 % après 1971, donc 52 % ont moins de 40 ans ; 20 % entre 40 et 50 ans : donc 72 % de ces nouveaux adhérents ont moins de 50 ans.
Ce sont donc des adhérents plutôt jeunes, actifs : beaucoup de syndicalistes, de responsables d’associations. Ceci montre comment le PCF redevient attractif chez une catégorie d’hommes et femmes parmi lesquels il avait perdu énormément depuis le début des années quatre-vingt.
Autres données : 80 % d’entre eux ont adhéré sans que la question leur soit posée. On retrouve une certaine régularité sur l’ensemble du territoire national, avec une diversité de catégories sociales.

Un nouveau Parti communiste se met en place

Ceci s’est vu à l’occasion de l’initiative nationale du 10 novembre dernier, où Pierre Laurent a accueilli plus de 400 nouveaux adhérents pour échanger avec eux. Ils et elles apportent aujourd’hui leur expérience, leurs compétences, leur regard souvent nouveau, leur envie de faire. À les écouter, on n’adhère jamais au PCF par hasard ; au contraire, on s’aperçoit que les portes d’entrée au PCF sont multiples, sur la base de contestation du système et surtout de valeurs humaines partagées, pour lesquelles on a envie de se mobiliser.
Ce nouveau contexte montre comment un tabou est tombé : celui de la crainte d’apparaître récupérateur du mouvement en posant dans le rassemblement, cette question de l’adhésion, et ce, parce que la volonté d’intervenir plus efficacement sur le terrain politique grandit.
L’expérience démontre d’ailleurs qu’aucun citoyen, salarié, jeune, ne s’est écarté du rassemblement, par ce que la question lui avait été posée. Bien au contraire, certains se sont sentis valorisés que cette proposition leur soit faite.
Mais au cœur du renforcement du PCF, ce sont les batailles politiques qui ont été des éléments forts et dynamiques pour proposer et faire l’adhésion, non pas en soi, pour faire du nombre pour du nombre, mais pour permettre le rayonnement de l’activité et de la bataille politique, élargir la diversité même du PCF, dans l’objectif d’étendre son champ d’intervention comme le rassemblement même du Front de gauche, dans sa dimension citoyenne.  

*Laurent Péréa est responsable des nouveaux adhérents, au sein du conseil national du PCF.

La Revue du projet, n° 22, décembre 2012
 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.