La revue du projet

La revue du projet
Accueil
 
 
 
 

Marx et l’invention historique, Isabelle Garo

Syllepse, 2012

Par Nicolas Dutent

Réfutant la version strictement déterministe où schématique dans laquelle maints esprits tentèrent de dissoudre en vain le marxisme, Isabelle Garo consacre plusieurs chapitres à démontrer et détailler l'inventivité propre et la création historique que renferme et propose le marxisme. Pour ce faire elle emprunte plusieurs voies et procédés argumentatifs. Elle dissèque les enjeux et les confrontations idéologiques (impliquant Marx, Engels, Lénine, Proudhon, Lassalle...) liées à la Critique du programme de Gotha et la polémique portant sur le caractère révolutionnaire ou bourgeois des propositions qu'on y trouve.
Elle se penche sur les contre-sens et les positions parfois sauvages de Cornelius Castoriadis touchant au marxisme. Elle étudie l'expérience de la Commune de Paris comme période d’invention démocratique. Elle développe les conditions d'une discussion renouvelée tant sur la Critique de l'économie politique que sur le fétichisme de la marchandise. Elle évoque aussi longuement la centralité de la relation individu-classe-parti. Enfin elle défend un exposé dans lequel la conjugaison des luttes collectives et d'une libération individuelle est réintroduite au cœur du projet émancipateur « total » – même si jamais achevé – de Marx... Pour Isabelle Garo, le marxisme ne saurait être réduit – et ne peut l’être objectivement – au règne plat et intransigeant de déterminations multiples. L’histoire peut être rendue aux hommes résolus à la « faire » ou la produire diversement. Par delà les affres de l'imprévisibilité historique et la réussite incertaine des luttes émancipatrices engagées.
Cet ouvrage,  qui révèle une certaine proximité avec les thèses formulées par Michel Vadée dans le trop méconnu mais brillant Marx, penseur du possible par la démonstration de l'existence d'une liberté conditionnelle mais bien réelle dans cette philosophie,  réunit les modalités pour que l’histoire, sur le mode de la subjectivité comme du devenir collectif, puisse espérée être choisie au lieu d’être exclusivement subie.
L'auteure participe ainsi au mouvement et au renouvellement d'un marxisme vivant engagés depuis plusieurs années.

La Revue du projet, n° 20, octobre 2012
 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.