La revue du projet

La revue du projet
Accueil
 
 
 
 

Consignes pour un communisme du XXIe siècle. Manuel rotatif. La ville brûle, 2011 Isabelle Garo, Elena Vieillard

Par Marine Roussillon

 

Le livre objet réalisé par Isabelle Garo et Elena Vieillard se présente sous la forme d’un petit carré rouge et noir qui doit, pour être lu, être régulièrement tourné vers la gauche. Un livre qui fait la révolution, donc, ou bien qui tourne en rond, selon les points de vue. Les textes, modes d’emploi imaginaires d’objets plus ou moins inutiles, jouent à la frontière entre le discours politique et l’absurde. Les images font signe, elles aussi, vers le graphisme soviétique, tout en y mêlant une inspiration surréaliste : si une telle juxtaposition peut avoir une fonction critique, elle frôle souvent l’esthétisme gratuit. Dans un cas comme dans l’autre, les allusions au communisme ou à l’histoire soviétique semblent plus faites pour attirer l’attention du lecteur et créer une certaine connivence que pour susciter la réflexion.  Ni simple jeu formel à destination des initiés, ni véritable critique artistique et philosophique du projet communiste, les Consignes ne réalisent pas le pari – certes audacieux – d’inscrire la réflexion politique dans une forme nouvelle et originale. Elles ont cependant le mérite d’attirer l’attention sur la démarche de promotion et de diffusion de la pensée marxiste et radicale mise en œuvre par la jeune maison d’édition « La Ville brûle » (www.lavillebrule.com). Depuis 2009, celle-ci a l’ambition de diffuser des textes qui sont aussi des « outils » et des « armes » pour penser le monde et le changer. Ce n’est pas tout à fait le cas des Consignes pour un communisme du XXIe siècle : nous sommes ici dans un autre registre, plus léger, peut-être même un peu potache. Un clin d’œil complice au lecteur qui partage avec les auteurs et les éditeurs une certaine culture politique, une envie de révolution et la peur de tourner en rond.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.